author Publié par incwo Wed, 12 Aug 2009 18:14:00 GMT

Equipes de startup : pourquoi la compétence n'a pas d'importance sans confiance

J'ai pensé un peu cette dernière semaine aux équipes de startup et ce qui les fait travailler (ou non). La plupart des personnes qui participent aux startups sont prêtes à accorder que le recrutement de la meilleure équipe possible est essentiel pour le succès. Ce qui fait que les experts des startups disent des affirmations telles que "trouvez les meilleures personnes possible". Loin de moi la pensée de débattre sur ce type de conseil sage. Vous devriez trouver les meilleurs personnes possibles pour votre équipe de startup. A cet égard, ne voudrions-nous pas recruter les meilleures personnes possibles ?

Cependant, l'expression "les meilleures personnes possibles" est un peu trop vague à mon goût. La question est, qu'est-ce qui rend un membre d'une équipe le meilleur ? Sont-ils les plus intelligents ? Ceux qui ont le plus d'expérience ? Ceux qui ont l'ensemble de compétences le plus vaste pour un rôle donné ? Ceux qui ont le plus d'expertise dans le domaine ? Aux fins de cette discussion, je vais "fusionner" toutes les qualités qui rendent un certain individu vraiment, vraiment bon dans la notion de "Compétence". Vous pouvez prendre la liberté de faire de la compétence une fonction de tout attribut (intelligence, expérience, aptitudes, etc.) selon votre goût.

Donc,

compétence = à quel point la personne peut bien faire le travail

Maintenant, cet article ne parle pas vraiment de compétence. Il parle d'un concept plutôt orthogonal que je vais nommer Confiance (ou foi). Par confiance, je ne veux pas dire combien de confiance ils (les candidats) ont. Je pense plutôt à quel point le reste de l'équipe pense qu'une personne a la compétence requise.

Confiance = à quel point les gens font confiance dans la compétence d'une personne

Mon argument est le suivant : Les meilleures personnes à recruter dans une startup sont celles qui ont la combinaison idéale de compétence (peuvent faire le travail) et confiance (confiance de la part des autres qu'ils feront le travail). Même avec plein et plein de compétences, s'il y a une confiance moyenne ou basse, l'individu sera critiqué, la confiance ébranlée et finalement il sera tout simplement inefficace. Même s'ils avaient plein de bonnes décisions, cela ne va vraiment pas être important, car ils ne pourront pas en prendre tellement, et celles qu'ils prendront pourraient ne pas "coller". Malheureusement, ce type de dysfonctionnement d'équipe pourrait ne pas vous sauter aux yeux de suite, il apparaît lorsque vous ne regardez pas. Tout le monde a les meilleures intentions. Un exemple rapide (complètement fictif) : "Billy est un mec super en design web et expérience utilisateur... et il a proposé ce design simplifié à la place du site internet de 25.000$ qu'on a créé l'année passée. Bien sûr, il participe à toutes les conférences et réunions, mais attire-t-il vraiment ce type de gens à venir sur notre site, non seulement des clients ?

Donc, vous vous demandez, pourquoi les gens décideraient d'engager des personnes dans lesquelles ils n'avaient même pas confiance ? N'est-ce pas bête ?A quoi bon en parler ? Je répondrais deux choses : D'abord, la confiance n'est pas un concept binaire. C'est un concept analogue. Il y a des degrés de confiance. Ensuite, la confiance peut être au début vraiment élevée, mais peut être perdue au fur et à mesure que le temps passe.

Maintenant qu'on a quelques références ci-dessus, voici quelques idées sur la compétence et la confiance lorsqu'il s'agit d'équipes de startup :

Compétence vs. Confiance

1. Comment avons-nous trouvé cette personne ? Certaines sources de recommandation offrent plus de confiance que d'autres. Votre co-fondateur a fait amener cette personne ? Est-elle votre nièce, du côté de votre père ?

2.Qui a le plus de confiance en elles ? Est-ce la personne qui les a présentées ? Quelqu'un qui travaillera avec elles ? L'un de vos investisseurs ? L'un de vos conseillers ?

3. Quelle importance à la confiance pour ce rôle ? Il y a certaines parties de votre startup où les gens doivent faire preuve d'un certain degré de discretion. Par exemple, sans tenir compte de l'intelligence et de la passion des fondateurs, si vous engagez un designer d'expérience utilisateur professionnel, vous devez le laisser faire son truc. Les débats sont bons, mais la personne qui est la plus qualifiée à prendre une décision devrait prendre la décision.

4. Qui dans l'équipe perd le plus si elles n'y arrivent pas ? Oui, je sais, tout le monde perd lorsque vous perdez un membre de l'équipe. Mais, qui est le plus affecté ?

5. L'érosion de la confiance, est-elle justifiée ? Est-il possible qu'une mauvaise décision d'engagement eût été faite ? Les gens, ont-ils attendu un degré de compétence qui n'a pas été prouvé ?

Quelques questions difficiles (mais importantes)

Quelques conseils de fin : Lors du recrutement de membres dans l'équipe, assurez-vous qu'une personne de l'équipe pariera sur la personne lorsque la situation est instable. Vous avez besoin d'un membre de confiance (comme l'un des cofondateurs) pour vous aider à évaluer de façon objective les problèmes d'érosion de la confiance - et aider à la restaurer si besoin. Sinon, la situation s'empire et personne n'en sort gagnant.

 

L’article qui précède est la traduction de l’article «Startup Teams: Why Capability Doesn't Matter Without Trust» de Dharmesh Shah. La traduction et la publication sont autorisées par l’auteur: retrouvez régulièrement sur notre blog les articles de Dharmesh Shah sur onstartups.com

Dharmesh Shah est diplômé dans un premier temps de l’université de l’Alabama en informatique, et d’un Master Spécialisé du MIT, en innovation et leadership. Passionné de programmation et d’entreprenariat, il a par ailleurs créé plusieurs sociétés, dont la dernière, Hubspot, permet de créer et d’optimiser un site internet et son marketing. Vous retrouverez ici une sélection d'articles de son site d’actualité de l’entreprenariat high-tech.


author Publié par incwo Thu, 30 Jul 2009 14:28:00 GMT

A l'occasion d'un partenariat conclu avec l'APCE, nous avons ajouté une rubrique dans la communauté, la rubrique Guides.

Vous retrouverez dans cette rubrique divers guides, à commencer par les 10 étapes de la création d'entreprise de l'APCE. Nous ne pouvons que vous recommander la lecture de ce guide très pertinent. Vous y trouverez des conseils sur le choix de votre idée, sur votre projet personnel, le statut juridique, les aides à la création, et sur les étapes pratiques du démarrage.


author Publié par incwo Wed, 22 Jul 2009 16:50:00 GMT

Notre site communautaire gratuit, la communauté des entrepreneurs, évolue. Tout d'abord dans sa forme, puis dans les services qu'elle vous rend.

Pour mémoire, sur la communauté, vous posez vos questions, aidez des entrepreneurs, postez vos petites annonces, présentez votre société, consultez les salons et formations dans votre région. 

Dans les semaines et mois qui viennent la communauté changera, alors profitez-en, faites-nous part de vos remarques et de vos souhaits !


author Publié par incwo Thu, 16 Jul 2009 20:00:00 GMT

Les RP d'une startup : Astuces pour faire de la publicité sans faire appel à un professionnel en Relations Presse

J'ai trouvé un article magnifique aujourd'hui écrit par Jason Calacanis concernant les RP pour les startups. Jason Calacanis est le fondateur et PDG de Mahalo, mais vous le connaissez peut-être mieux en tant que le mec qui se cache derrière la société Weblogs. En tout cas, il est accompli et connaît quelques trucs sur la visibilité d'une startup.

Je me suis toujours considéré différent par rapport à Jason (remarque : Je ne l'ai jamais rencontré en vrai). Il semble être l'extraverti classique capable de "s'afficher" pour sa startup. Bien que je ne pense pas manquer de passion, je n'ai quand même pas le courage qu'il a.

En tout cas, si vous êtes impliqué dans une startup (surtout si vous êtes financés par du capital de risque), l'article mérite d'être lu. Cependant, l'article original contient plus de 4.500 mots et au cas où vous êtes paresseux comme moi, voici quelques-uns de mes points préférés de l'article :

1. "Ma philosophie des RP se résume en six mots : être excellent, être partout, être réel."

2. La première fois que j'ai entendu le terme céWebrités. astucieux. Concernant ces céWebrités, "ces succès du jour au lendemain sont le fruit de 10 ans de travail.".

3. "Soyez la marque…vous devez aimer votre marque et être inspiré par la mission de votre marque afin d'espérer à attirer la presse."

4. "Soyez partout…tous les soirs je sortirais pour rencontrer des gens de l'industrie de l'internet…alors que d'autres gens rentreraient chez leurs familles, je sortirais et me ferais une famille."

5. "Votre travail est de transférer l'enthousiasme que vous ressentez pour votre marque à toutes les personnes que vous rencontrez."

6. "Payez toujours la note — toujours…tout le monde se rappelle qui a payé la note".

7. "Fixez comme objectif de créer des relations sérieuses avec un petit nombre de personnes et non pas de courir partout pour essayer à échanger des cartes de visite avec le plus de personnes possible."

8. "Soyez un être humain. La meilleure façon de réussir les RP n'est pas de vendre quelqu'un sur votre société ou produit — c'est d'être un être humain. Les journalistes détestent d'être ciblés…les journalistes et les blogueurs sont, en fait, des humains."

9. "Avant un rendez-vous avec un journaliste, c'est à vous (en tant que PDG) de lire en entier ses cinq derniers articles…"

10. "Votre travail en tant que PDG/fondateur est de créer des relations directes, honnêtes et personnelles avec les journalistes."

11. "Attachez votre marque à un mouvement."

12. "Les RP sont, par définition, un reflet de ce que vous avez fait. Lorsqu'une startup a du succès, ce n'est pas l'effet d'une seule chose, il s'agit généralement de nombreuses choses qui marchent ensemble.”

Je résumerais le conseil et en modifierais les 6 mots en : Etre excellent, être passionné, être humain. Quelle est votre version à 6 mots ?

L’article qui précède est la traduction de l’article «Startup PR : tips for getting published without a PR firm» de Dharmesh Shah. La traduction et la publication sont autorisées par l’auteur: retrouvez régulièrement sur notre blog les articles de Dharmesh Shah sur onstartups.com

Dharmesh Shah est diplômé dans un premier temps de l’université de l’Alabama en informatique, et d’un Master Spécialisé du MIT, en innovation et leadership. Passionné de programmation et d’entreprenariat, il a par ailleurs créé plusieurs sociétés, dont la dernière, Hubspot, permet de créer et d’optimiser un site internet et son marketing. Vous retrouverez ici une sélection d'articles de son site d’actualité de l’entreprenariat high-tech.

 

 


author Publié par incwo Thu, 16 Jul 2009 19:47:00 GMT

Episode 19 : Je complète mon registre du personnel

Monsieur Diry répond à ses obligations de gestion du personnel, et comptabilise chacun de ses collaborateurs, de façon... peu conventionnelle !

Voir l'épisode


author Publié par incwo Wed, 08 Jul 2009 14:26:00 GMT

J'ai passé une semaine vraiment intéressante et folle (folle dans le bon sens). Comme de nombreux lecteurs réguliers d'OnStartups.com savent, je suis un grand admirateur de Seth Godin. J'ai lu la plupart des livres de Seth au cours des années et je lis son blog. Il a été même assez gentil pour commenter l'un de mes articles précédents sur OnStartups ("Why Your Startup Shouldn’t Hire Seth Godin") (Pourquoi votre startup ne devrait pas engager Seth Godin). Mais, jusqu'à récemment, je n'ai jamais eu l'occasion de l'écouter parler en personne. Cette dernière semaine, j'ai réussi à entendre Seth deux fois.

Ces derniers temps, Seth a été un orateur programme au récent Inbound Marketing Summit (Sommet du maketing interne) à Kendall Square, Cambridge (MIT central). Non seulement j'ai réussi à entendre Seth parler en vrai et en personne, j'ai eu le plaisir de prendre le déjeuner avec Seth et "juste parler affaires" (par exemple recevoir des conseils sur ma startup). Ca doit être le truc le plus palpitant qui me soit arrivé cette année. Très excitant. [Anecdote intéressante : Au début de sa carrière, Seth a travaillé à Kendall Square pour Spinnaker Software].

Donc, voici quelques idées et informations que j'ai recueillies de Seth, que j'ai trouvé utiles pour d'autres passionnés de startups. Bien que les informations essentielles ont été inspirées de Seth, j'y ajoute mon empreinte de la perspective d'une startup. Toutes les idées vraiment extraordinaires sont de Seth, les idées médiocres sont les miennes.

 

8 idées sur les startups inspirées par Seth Godin

 

1. Résistez à devenir "médiocre".

C'est mon idée préférée. Dans ma startup HubSpot, nous utilisons le terme plus geek "régression vers le médiocre" pour parler de ce phénomène. En gros, le concept signifie que, à travers le temps, le monde vous pousse à devenir plus médiocre. Souvent cela signifie de faire ce qui est "testé et vrai" ou "prouvé". Ou, comme Seth dit, "créer des produits médiocres pour des gens médiocres". Pour les affaires en général, mais les startups en particulier, la régression vers le médiocre est une chose dangereuse. Pourquoi ? Car la startup "médiocre" n'a pas de succès. La seule façon de réussir est de ne pas être médiocre. Vous devez aller aux bords et résister à l'attrait vers le milieu.

2. Communiquer directement avec vos clients

Vous êtes le fondateur/PDG/président/n'importe qui de l'entreprise. Vous faites de votre mieux pour travailler sur l'entreprise, et non pas dans l'entreprise (comme tous les mentors des affaires vous ont dit de faire). Vous pourriez penser être vraiment important dans l'entreprise. En fait, vous pourriez même être vraiment important. Peu importe. PARLEZ A VOS CLIENTS. Que vous soyez dans l'antichambre à rédiger le prochain Facebook/YouTube/Google/n'importe quoi ou que vous soyez plus une personne des opérations/finances, vous devez porter des dialogues directs avec vos clients/utilisateurs. Il n'y a rien qui puisse remplacer ça. Pour les personnes des startups, ce n'est pas tellement un conseil difficile à suivre (car quelqu'un doit parler aux clients, et il n'y a que deux personnes dans l'entreprise, donc vous ne pouvez pas vous cacher). Mais vous seriez surpris de la fréquence des situations où les gens évitent le contact direct avec le client. Non, pas vous évidemment, mais votre co-fondateur. Pour un bel exemple d'une startup prospère qui parle aux clients, allez voir Jason Fried à 37signals. Il lit et répond vraiment aux messages du support clients. Il est aussi un gars extrêmement occupé. Et il a plus d'un million d'utilisateurs. Quelle est votre excuse cette fois-ci ? [Remarque à moi-même : écris un article avec des notes de la rencontre avec Jason Fried de la semaine passée].

3. Laissez vos utilisateurs parler entre eux

Les communautés en ligne font toutes fureur. Mais, trop nombreuses sont lancées car les entreprises souhaitent "construire une communauté pour s'imposer en tant que leader éclairé et promouvoir une riche interaction entre notre équipe et nos clients." Bla, bla, bla. C'est bien de vouloir être un leader éclairé et au centre de son univers. C'est bien de vouloir démarrer un "dialogue riche". Mais, offrez un mécanisme pour ceux qui inexplicablement trouvent votre offre "intéressante" (heureusement assez intéressante pour vous payer réellement) afin de se connecter l'un à l'autre. Donnez-leur des moyens faciles, convenables pour se connecter l'un à l'autre et puis dégagez.

4. Lancez un blog original

Oui, je sais. Vous aviez l'intention de le faire. Mais entre l'écriture du code, la levée de fonds, et la réunion des esprits et toutes les centaines d'autres choses que vous avez à faire cette semaine, vous n'avez pas le temps d'écrire. Zut, il n'y a que vous et votre pote Joe, n'est-ce pas ? Et en plus, vous avez commencé le bobandjoeblog.wordpress.com il y a quelques mois, vous y avez rédigé quelques articles et seuls 4 gens l'ont lu. Il ne valait pas la peine. Vous avez une affaire à développer ! Mais, vous promettez de prendre le temps. Un jour. Une fois que vous ayez fini avec ce lancement de produit/cycle de financement/cauchemar de support/événement de RP/n'importe quoi vous promettez d'essayer tout le truc de blog (encore une fois). Je suis ici pour vous dire que vous devez y consacrer du temps. Mais, ne m'écoutez pas. Voici ce qu'en dit Seth Godin : "Vous êtes pardonné si vous ne le réussissez pas...c'est facile d'écrire tout le truc...voici quoi faire si vous n'y arrivez toujours pas : Lancez un blog."

5. Histoires répandues, non pas des faits

Bien sûr, je comprends que votre nouvelle startup brillante avec son nouveau logiciel brillant codé dans un nouveau langage de programmation brillant changera le monde. Je le comprends. Mais moi, comme la plupart des gens, nous ne voulons pas entendre parler du produit. Je ne veux pas bien évidemment parler à d'autres gens de votre produit. Mais j'aime une belle histoire, et je pense que d'autres aussi. Si vous voulez que votre idée se répande, arrêtez de vous concentrer sur les faits, arrêtez de vous concentrer sur votre produit et commencez à vous concentrer sur votre histoire. Rendez-la authentique/ Rendez-la intéressante, et comme Seth dirait, rendez-la remarquable.

6. Attention au besoin de masse critique

Je vais commencer cette idée par une citation de Seth : "L'échec avec de petits publics est un signal fort d'un échec prochain avec les grands publics." Trop souvent, les créateurs de startups racontent comment ils insistent pour atteindre une "masse critique" et que les "économies d'échelle" apporteront du profit. C'est tout beau et joli. Je le sais. J'ai été dans l'industrie des logiciels pendant un bon moment. Mais est-il absolument nécessaire d'atteindre une "masse critique" avant que votre affaire commence à avoir un sens quelconque ? Toute la masse doit-elle être critique ? Doit-elle exister ?

Ne pouvez-vous pas faire une affaire grâce à quelque chose qui ressemble un peu à :

Masse que vous avez < La masse magique qui est critique

Pourquoi autant de startups ont ces chiffres mythiques, magiques ("une fois que nous arrivons à 1.000.000 utilisateurs des arcs-en-ciel vont surgir de partout et de la poussière magique de fée tombera du ciel et fera nos finances être tellement meilleures").

7. Ils ne l'ont pas appelé le changement industriel léger

C'était une révolution, et comme toutes les révolutions, ce n'est ni léger ni commode. Si vous créez une startup qui va révolutionner quelque chose, vous devrez prendre quelques risques et rendre des gens mal à l'aise.

8. Vous devez vous lancer

Pour faire une chose, vous devez vous lancer. Vous ne pouvez pas attendre le moment idéal. L'idée parfaite (qui n'existe pas), le plan d'entreprise parfait, le moment parfait, le marché parfait, l'investisseur parfait, tout. Vous devez vous lancer.

Je vais finir par cette citation de Seth pendant le déjeuner : "Je suis impatient et pas du tout craintif de l'échec."

J'ai tout plein d'autres perles de sagesse de Seth, mais c'est tout pour le moment. Je dois retourner à travailler sur la prochaine version alpha de Twitter Grader.

Donc, qu'en pensez-vous ? Est-ce que l'une des idées ci-dessus résonne en vous ? Y en a-t-il une avec laquelle vous n'êtes pas d'accord ? Je ne suis pas en mesure de les défendre, mais ça ne m'a jamais arrêté auparavant.

 

L’article qui précède est la traduction de l’article «8 idées sur les startups du méga esprit de Seth Godin » de Dharmesh Shah. La traduction et la publication sont autorisées par l’auteur: retrouvez régulièrement sur notre blog les articles de Dharmesh Shah sur onstartups.com

Dharmesh Shah est diplômé dans un premier temps de l’université de l’Alabama en informatique, et d’un Master Spécialisé du MIT, en innovation et leadership. Passionné de programmation et d’entreprenariat, il a par ailleurs créé plusieurs sociétés, dont la dernière, Hubspot, permet de créer et d’optimiser un site internet et son marketing. Vous retrouverez ici une sélection d'articles de son site d’actualité de l’entreprenariat high-tech.

 


author Publié par incwo Thu, 02 Jul 2009 15:04:00 GMT

Aujourd'hui entre 11h30 et 16h30 nos services se sont interrompus de manière imprévue. Le service est maintenant rétabli. L'interruption s'est produite chez l'un des centres les plus importants en France. Une partie des sites français se sont retrouvés dans le noir, comme DailyMotion, SkyBlogs, PixMania, le Parisien, etc.

C'est la première fois qu'une telle interruption se produit sur notre service depuis plus de deux ans, nous sommes sincèrement désolés pour cet incident. Toute notre équipe vous assure que nous avons par le passé fait notre maximum pour que cela ne se produise pas, et continuerons à faire le maximum pour que cela ne se produise plus.

 

Que s'est-il passé ?

A 11h30, une panne de courant d'une rare ampleur a eu lieu dans le centre de données sécurisé qui héberge nos serveurs. Ce centre est bien sur équipé de systèmes de sauvegarde prévu en cas de coupures de courant. Mais dans toute chaine redondante il peut arriver, rarement qu'une série d'événements produise malgré tout un incident. En l'occurance un technicien chargé d'une mainteance électrique a fait une erreur. L'ensemble du centre s'est retrouvé privé d'électricité pendant quelques minutes ! Même si les personnes qui travaillent dans ce centre sont des professionnels, vous pouvez imaginer la "légère" panique que les coups de fils des clients, des clients des clients, et les dizaines de milliers de serveur à redémarrer a occasionné.

Que faisons nous pour que cela ne se reproduise pas ?

Nous avons dans nos cartons le plan de travailler avec des centres de données multiples et redondants. C'était un projet à moyen terme qui bien sur va recevoir maintenant un coup d'accélérateur.

Lorsque c'est votre logiciel de gestion sur votre PC qui plante, c'est à vous, ou au technicien que vous appelez, de réparer la situation. Dans le cadre d'une application en ligne, vous êtes impuissants, il faut juste attendre, ce qui peut être très frustrant. Mais nous vous assurons que lorsque de tels incidents se produisent, ils sont très rares heureusement, nous sommes informés dans la minute, et nous interrompons tout pour nous concentrer sur la remise en route, qu'elle soit faite au plus tôt pour que vous puissiez continuer à travailler. Nous avons pour cela une pression naturelle, celle de savoir que nos clients ont été interrompus dans leur travail, et n'en sont probablement pas ravis !

Nous vous remercions pour votre compréhension. Tout doit être revenu dans l'ordre, mais n'hésitez pas à nous contacter si vous constatez des anomalies sur votre compte.

 

Quelques liens sur cet incident

Un article du Figaro

Un article du registrar Gandi

Un article de Data Center Knowledge

Un article de The Inquirer

Un article de 01net


author Publié par incwo Sun, 21 Jun 2009 13:28:00 GMT

Episode 14 : Je règle le look de mon bureau et de mes factures

Un bureau à mon image ?

Des devis et factures à ma charte ?

C’est possible !

Cliquez pour visualiser l'épisode


author Publié par incwo Thu, 18 Jun 2009 18:05:00 GMT

Comment tirer profit de Twitter ?

iStock_000000372006XSmall.jpg

Je peux valoriser Twitter mieux que n'importe qui sur cette planète car j'utilise Twitter comme outil - à savoir outil de marketing - pour mon site internet Alltop et mon livre, La réalité de l'entrepreneuriat. Si le concept d'utilisation commerciale de Twitter vous intéresse, continuez à lire. Sinon, vous pouvez continuer à envoyer des tweets sur les chats et sur la queue à Starbucks.

  1. Oubliez les "personnes influentes". Vous devez adopter pleinement la théorie selon laquelle les produits et les services atteignent la plupart des gens car de simples mortels vous font passer le message. Cette théorie défie la croyance commune qu'une poignée de "personnes influentes" déterminent ce que nous les autres essayons et ce que nous adoptons. Dans le monde virtuel, on trouve parmi ces personnes "Je peux passer une semaine sans Twitter" Arrington, Robert Scoble, Seth Godin, et en quelque mesure moi-même.

    La confiance sur les personnes influentes est défaillante car internet a uniformisé et démocratisé l'information. Les personnes influentes n'ont pas tellement d'accès spéciaux, connaissances particulières et contacts comme vous pourriez penser à cause de la croissance des sites internet, des blogs et, bien sûr, Twitter.

    Cela ne signifie pas que vous ne devriez pas prendre en compte les personnes influentes - au moins elles peuvent vous aider à accéder à ce que certains considèrent les "personne". Mais souvenez-vous de mes mots : (a) Les "personne" sont les nouveaux "quelqu'un", et (b) il vaut mieux avoir une armée de "personne" engagés que peu de "quelqu'un" contrôlés. Le mieux que les "quelqu'un" puissent faire pour vous c'est une petite bosse dans le trafic.

    Un autre point : si assez de "personne" aiment ce que vous faites, les "quelqu'un" n'auront pas d'autre choix que d'écrire sur vous. De cette façon, le buzz des "personne" attire l'attention des "quelqu'un" et non vice-versa.

  2. Dispersez vos efforts. L'objectif est d'atteindre des tas de gens car vous ne savez pas qui peut et va vous aider. (Si vous saviez exactement qui ils étaient et ce qu'ils peuvent faire pour vous, alors vous porteriez votre attention sur eux - nous retournerons à la concentration sur les personnes influentes - bien que les moins connues.) Le truc c'est que la dispersion agit à moins qu'il y ait une réponse économique, facile et instantanée à toucher plein de monde, et en dollars il n'y a rien de mieux que Twitter pour le faire.

  3. Ayez le plus de suiveurs possible. J'ai récemment expliqué ce que je faisais pour avoir plus de suiveurs. Cliquez ici pour connaître mes méthodes. Ignorez les personnes qui vous disent que c'est la qualité de vos suiveurs et non pas la quantité qui compte. Ils essaient de se faire des amis et non pas utiliser Twittter comme un outil. Et, qu'on dise la vérité, il n'y a que deux types d'utilisateurs de Twitter : ceux qui souhaitent plus de suiveurs et ceux qui mentent. Vous pouvez me suivre ici.

    La raison pour laquelle vous souhaitez plus de suiveurs est la loi des grands nombres : plus vous avez de suiveurs, plus de personnes parlent de ce que vous faites, plus vous pouvez atteindre le point de basculement sociologique. Si vous pensez "savoir" exactement qui peut et va vous aider, vous vous faites des illusions.

    Vous vous confronterez au souci de savoir si votre nom Twitter devrait être le nom de votre société ou votre nom. J'ai réservé les noms Guykawasaki et Alltop car vous devriez essayer d'en avoir les deux surtout pour éviter le squattage du nom de domaine. Ma théorie est qu'il y a plus de chances que les gens suivent une personne, non pas une société, donc 99% de mon attention se porte sur mon compte Guykawasaki. En plus, un jour vous pourriez vendre votre société et le compte de la société sera probablement donné à l'acquéreur. Cependant, si vous choisissez votre nom, vous ne devez pas tweeter que sur votre société - en effet, vous avez l'obligation morale de tweeter des messages informatifs qui n'aient rien à voir avec votre société. Vous pouvez voir ce que je fais ici.

  4. Surveillez ce que les gens disent de vous, de votre société et de votre produit. Vous pouvez le faire ici à l'aide des fonctions de recherche de Twitter. N'oubliez pas d'ajouter votre recherche aux Favoris pour que vous n'ayez pas à ressaisir les mots à rechercher. Ou, vous utilisez un produit comme Tweetdeck pour créer une recherche. Par exemple, je surveille cette recherche [guykawasaki OU “Guy Kawasaki” OU Alltop] pour surveiller ce que les gens disent de moi et d'Alltop. Des recherches comme [comment Alltop] où vous remplacez le nom de votre société ou de votre produit par "Alltop" sont également utiles pour trouver les tweets sur l'utilisation de votre produit ou service. Vous pouvez également utiliser Twilert.com pour recevoir une notification par courriel des résultats de la recherche, un peu comme les Alertes Google. Lorsque vous trouvez de tels tweets, effectuez ces actions :

    Les gens sont énervés : aidez-les

    Les gens sont désorientés : aidez-les

    Les gens ont des questions : aidez-les

    Les gens sont heureux : demandez-leur de passer le message

    Vous apprendrez que les gens sont contents du contact avec la société et que bien que la relation ait été difficile au début, ils deviennent d'habitude des fans et des évangélistes. Tout en surveillant tout simplement ce que les gens disent de vous, vous utilisez Twitter mieux que 95% des sociétés.


  5. Puis-je vous raconter une histoire marrante ? J'ai parlé une fois à un groupe de personnes représentant de grandes sociétés des média sociaux. L'une d'elles était d'United Parcel Service, et elle disait que ses recherches Twitter étaient inefficaces car le terme "UPS" se trouve dans plein de mots ("startups,” “meetups,” etc.) Courageux, j'ai recherché "UPS" devant le groupe et le premier tweet que j'ai trouvé était une plainte sur une livraison UPS ! Ca a fait hurler l'audience.
  6. Demandez de l'aide. Ne soyez pas timides et demandez aux gens sur Twitter de faire passer le mot pour vous. S'ils aiment ce que vous faites, il le feront. S'ils n'aiment pas, ils ne le feront pas. C'est si simple que ça. Si vous ne demandez pas, vous n'aurez pas. Malheureusement (ou peut-être heureusement pour certains d'entre nous), la plupart des gens n'osent pas demander d'aide.

    Alltop ne serait presque rien de ce qu'il est sans la communauté Twitter. Les utilisateurs Twitter proposent de nouveaux sujets ainsi que de nouveaux sites et blogs à intégrer dans ces sujets. Beaucoup sont allés si loin que de proposer un sujet et de dresser une liste de flux pour ce sujet. Et puis ils nous aident à lancer le site aussi. Voche sainte!

  7. Rendez plus facile le tweet à votre nom. Twitterfeed est un service où tout flux RSS peut automatiquement apparaître comme vos propres tweets. Les bloggeurs le font, par exemple, pour que les articles de leurs blogs apparaissent automatiquement comme leurs tweets.

    J'ai même fait plus en demandant à Mario Menti, le créateur de Twitterfeed, de faire une page spéciale où les gens peuvent s'inscrire pour nous permettre de publier automatiquement des actualités Alltop comme leurs tweets (cliquez ici si vous souhaitez visiter la page). Environ 177 personnes l'ont fait.

    Je veux être sûr que vous comprenez ce que cela signifie : 177 personnes ont été d'accord de republier toutes les actualités Alltop comme leurs propres tweets. Cette action a automatisé le tweeting à un nouveau niveau historique élevé - ou bas selon la personne à qui vous posez la question.

    Puis mon nouveau livre, La réalité de l'entrepreneuriat, a été publié, et j'ai proposé un exemplaire gratuit à toute personne qui s'inscrive au Twitterfeed Alltop. 280 autres personnes se sont inscrites, apportant le total à environ 450 personnes.

    Nous avons compté, et ces 450 personnes ont un total de 140.000 suiveurs. Ce qui signifiait qu lorsqu'on annonçait un nouveau sujet, les 140.000 suiveurs des 450 personnes recevaient une notification. Ces 450 personnes avaient des suiveurs en commun, donc leurs tweets n'atteignaient pas 140.000 personnes différentes (voir la section suivante), mais c'était la Mère du Retweeting.


  8. Maintenant vous devriez vous demander, "Pourquoi aideraient les gens Guy comme ça ?" La réponse est que ces évangélistes d'Alltop voient les actualités sur Alltop passer comme un service pour leurs suiveurs. Ils pensent que les informations d'Alltop sont bonnes et utiles et aideront leurs suiveurs à accéder aux informations sur internet. Ainsi, la première motivation n'est pas un livre qui vaut 30$, mais la satisfaction d'aider les autres. C'est une leçon très importante : les gens doivent croire que ce pour quoi ils font la publicité c'est bien pour leurs suiveurs, et ils doivent vous faire confiance. Voici des instructions pour créer quelque chose de bien. Voici comment construire la confiance. Voici une explication complète de l'évangélisme.
  9. Créez une liste d'adresses électroniques. Un problème avec 450 personnes qui tweetent 140.000 suiveurs : s'il y a des personnes qui suivent plusieurs des 450 personnes, ils reçoivent les annonces plusieurs fois. J'ai commencé à recevoir environ 5 plaintes par jour - mais, le calcul était toujours bon: cinq plaintes de 140.000 personnes ? Je peux gérer les plaintes, mais, d'un côté, mon idée a bien marché.

    Ce que je ne pouvais pas gérer c'était les conséquences non voulues du tweeting automatisé. Par exemple, les membres républicains des 450 personnes n'ont probablement pas apprécié l'annonce Obama.alltop. J'avais peur qu'un jour une femme-pasteur (et ses suiveurs) se demandent pourquoi elle a tweeté sur Hunting.alltop (Chasse), Buddhism.alltop (Bouddhisme) et Pregnancy.alltop (Grossesse).

    Bien sûr, certaines personnes ont dû choisir quels sujets tweeter et comment les tweets étaient formulés. Egalement, certaines des 450 personnes ont commencé à perdre des suiveurs à cause de la fréquence des mises à jour d'Alltop (nous annonçons souvent de trois à quatre sujets par jour). Je ne voulais certainement pas que ces personnes perdent des suiveurs à cause de moi - s'il y a quelqu'un dans le monde qui comprenne le traumatisme causé par la perte de suiveurs, c'est moi.


    Puis-je vous dire une autre histoire marrante ? Oui, certaines des 450 personnes ont perdu des suiveurs à cause des tweets d'Alltop, mais beaucoup m'ont dit que leurs suiveurs ont trouvé les tweets d'Alltop plus intéressants que leurs propres tweets, donc ils ont eu plus d'interaction avec leurs suiveurs grâce aux tweets d'Alltop !


    Pour résoudre les problèmes, nous créons les actualités d'Alltop et la liste d'adresses électroniques des annonces. Grâce à cette liste, nous annonçons chaque nouveau sujet, et nous laissons les destinataires décider s'ils souhaitent le tweeter (ou l'envoyer par courriel) à d'autres. Egalement, ils peuvent bien sûr éditer et créer leur propre tweet ou message.

    Nous en avons parlé aux 450 personnes utilisant Twitterfeed, pour qu'elles puissent abandonner le mécanisme de Twitterfeed et utiliser la notification par courriel à la place. Nous avons ouvert la liste d'adresses électroniques dans la nuit avant la Fête de l'Action de Grâce et en six jours environ 600 personnes s'y sont inscrites. C'était un nombre extrêmement élevé, mais ce qui est encore plus intéressant c'est que seules 50 des 450 personnes abonnées à Twitterfeed l'ont abandonné.

    J'ai pensé que la plupart abandonnerait Twitterfeed et disparaîtrait totalement ou passerait à la liste d'adresses électroniques. Vous avez entendu dire que la synergie c'est lorsque 2 + 2 = 5. Voici la synergie de Twitter, 450 - 50 = 1.000 car nous avons fait inscrire plus de personnes en offrant une alternative. Avec la liste d'adresses électroniques, nous avons dû convaincre des personnes hésitantes à nous confier leurs tweets, souhaitant aider d'une autre façon. Merci, Dieu.

  10. Rendre plus facile la tâche de "poster sur Twitter". Un jour j'ai rencontré Rashmi Sinha, le PDG de Slideshare. Nous avons discuté sur sa méthode d'augmentation du trafic, et elle m'a dit qu'un lien "Poster sur Twitter" était le mécanisme le plus efficace. Lorsque les gens voient une page Slideshare comme cette page amusante sur la vieillesse, ils peuvent cliquer sur le lien "Poster sur Twitter" situé en dessous du cadre et une fenêtre s'ouvre avec un tweet préconfiguré à envoyer aux suiveurs.

    Selon elle, cette méthode a été beaucoup plus efficace que les schémas divers de partage et de transfert de courriel. J'ai pensé que son idée était vraiment magnifique et je l'ai copiée. A présent il y a un bouton "Poster sur Twitter" sur chaque page des sujets Alltop. Environ 20 personnes par jour cliquent dessus. En moyenne elles ont 350 suiveurs, donc cela nous fait autres 7.000 ou presque d'affichages par jour. Plus c'est moins lorsqu'il s'agit d'offrir aux gens plusieurs façons de passer le message en cliquant sur des services d'évaluation tels Digg, Delicious et Yahoo Buzz, choisis-en-un et c'est bon. Je choisis Twitter car il n'implique pas une compétition de popularité pour être visible sur une page principale - mais, tous vos suiveurs recevront le tweet.

  11. Offrez des suggestions aux utilisateurs de Twitter. Je ne le fais pas, mais je le ferais si je gérais une société de commerce électronique. Vous pouvez poster sur Twitter des offres spéciales pour vos suiveurs - par exemple, consultez les offres d'Amazon en cliquant ici et les offres de Whole Foods en cliquant ici. Consultez aussi le flux des offres Twitter ici. Vous verrez des offres des sociétés qui utilisent Twitter ainsi que les offres que les utilisateurs de Twitter ont trouvées (probablement y compris des employés de sociétés qui sont des utilisateurs Twitter "ordinaires"). Comment ne pas aimer quelque chose comme Twitter qui est rapide, gratuit et étendu pour faire sortir des offres spéciales ? (Astuce: si vous devez autoriser plusieurs personnes à tweeter et programmer vos tweets, consultez un service appelé Brightkit.)

  12. Dites aux plaignants où aller. Certaines personnes s'opposeront à cette utilisation de Twitter. Ne laissez pas ça vous préoccuper car à un moment tout le monde fait chier quelqu'un sur Twitter. Donc, laisser quelques-uns limiter votre utilisation de Twitter est une grande erreur. S'ils n'aiment pas ce que vous faites, dites-leur de cesser de vous suivre : fin de la discussion. Et le reste est assuré que le "spam Twitter" est un oxymoron car vous suivre est totalement un choix individuel.

Voici comment utiliser Twitter comme outil. J'espère que la communauté Twitter vous aide autant qu'elle m'a aidé moi et Alltop. Avec un peu d'effort, vous allez considérer Twitter comme moi : le meilleur outil de marketing nouveau de ce siècle. Tweetez beaucoup et avec succès.

 
L’article qui précède est la traduction de l’article How to use Twitter as a tool ?. La traduction et publication sont autorisées par l’auteur: retrouvez régulièrement sur notre blog les articles de Guy Kawasaki.

Guy Kawasaki est Directeur de Garage Technology Ventures, une société de capital-risque qui investit tôt dans les sociétés. Guy est également éditorialiste pour Entrepreneur Magazine. Auparavant, Guy avait le titre d’Apple Fellow chez Apple Computer, Inc. Guy est l’auteur de huit livres, incluant L’art de se Lancer, Rules for Revolutionaries, How to Drive Your Competition Crazy, Selling the Dream, and The Macintosh Way. Guy possède un BA de l’Université de Stanford et un MBA de l’UCLA, ainsi qu’un Doctorat honorifique du Babson College.


author Publié par incwo Tue, 16 Jun 2009 14:25:00 GMT

Episode 13 : Je crée un groupe de travail

M. Diry convoque son équipe pour travailler sur le développement d’un nouveau projet.

Et si il changeait de méthode ?

Cliquez pour visualiser l'épisode


author Publié par incwo Sat, 13 Jun 2009 16:03:00 GMT

Liste de contrôle de La réalité de l'entrepreneuriat + le meilleur avant-propos de l'histoire humaine

Picture 9.jpg

Mon nouveau livre, La réalité de l'entrepreneuriat - le guide irrévérencieux pour dépasser, dévancer, distancer vos concurrents est maintenant disponible. Le prix du livre est 26,00€. Il contient environ 500 pages--deux fois la longueur de L'art de se lancer. Ce livre est le "niveau supérieur" de tous mes livres, articles et blogs. Je l'ai écrit pour donner des réponses aux questions qu'on m'a posées concernant l'entrepreneuriat, l'innovation, la gestion, le marketing, la parole, la présentation, la discussion et l'embauche. J'explique le livre et ma philosophie dans cette vidéo BNET et cet article d'USA Today.


Liste de contrôle de La réalité de l'entrepreneuriat

Voici une liste de contrôle rapide pour voir à quel point vous avez besoin de lire le livre :

  1. Avez-vous un sens défini ?

  2. Votre produit, crée-t-il la tendance ?

  3. Votre produit, est-il profond, intelligent, complet, élégant et émotionnel ?

  4. Avez-vous une mantra pour ce que vous faites ?

  5. Avez-vous une présentation de 10 diapositives n'ayant aucune police de moins de 30 points que vous pouvez donner en 20 minutes ?

  6. Avez-vous trouvé une méthode pour acheminer au marché votre produit sans budget ?

  7. Aidez-vous des gens qui ne peuvent pas vous aider ?

  8. Pouvez-vous éblouir un public avec une démonstration de votre produit ?

  9. Embaucheriez-vous des candidats "imparfaits" qui aiment ce que vous faites ainsi que des candidats qui sont meilleurs que vous ?

  10. Ne demandez-vous aux gens de faire que des choses que vous feriez aussi ?

Score:

Nombre de réponses "Oui" :

1-4 : Vous en avez besoin, mais en plus vous devriez payer le tarif de détail et le faire livrer de suite.

5-7 : Pour 26€, vous pouvez améliorer tout ce qui vous manquait. La prévention de la médiocrité, ne vaut-elle pas 26€ ?

8-10 : Vous ne devez pas lire le livre, mais vous devriez l'acheter pour l'offrir aux gens qui ne savent pas autant que vous.


Distorsion de la réalité

J'ai travaillé pour Steve Jobs, qu'est-ce que je peux vous dire ? Voici une distorsion de la réalité pour vous convaincre d'acheter le livre :

De Seth Godin, dont le livre récent est Tribes: We Need You to Lead Us.

"Achetez deux exemplaires de ce livre. L'un pour arracher ses feuilles, le surligner, le copier et le clouer au mur. Et l'autre pour le donner à votre collègue nul. Oh, encore mieux, prenez trois exemplaires. Quatre ?”

De Garr Reynolds, auteur de Presentation Zen: Simple Ideas on Presentation Design and Delivery.

"Il mérite d'en vendre un million !"

De "Reality Check: Guy Kawasaki's Magical New Book" par Bob Sutton (professeur à Stanford et auteur de The No Asshole Rule: Building a Civilized Woorkplace and Surviving One That Isn't).

"Je me suis mis à y jeter un coup d'œil, et instantanément, j'ai accroché et--même si j'avais d'autres choses à faire---je l'ai lu du début à la fin...Et même si vous êtes un lecteur fanatique du blog, vous souhaiterez posséder un exemplaire de ce livre."

De Emanuel Rosen, auteur du prochain The Anatomy of Buzz Revisited: Real-life lessons in Word-of-Mouth Marketing.

“Le mot clé dans la description de ce livre est utile. Comme un bon guide de voyage, il est rempli de plein de conseils intelligents et actuels que vous pouvez appliquer de nos jours. Facile à parcourir et marrant à lire, c'est le manuel parfait pour les affaires aujourd'hui !”

De "Jack Covert Selects Reality Check" (Jack est le PDG de 800 CEO Read).

"Si vous démarrez une affaire et que vous cherchiez à comprendre le monde dans lequel vous entrez, vous ne trouverez pas un guide meilleur, plus honnête et agréable que Guy Kawasaki."

De Published and Profitable par Roger C. Parker.

Plus je passe de temps avec La réalité de l'entrepreneuriat, plus je l'aime, j'apprends de lui, et je m'amuse avec lui ; (c.-à-d., sa description des capitalistes de risque comme s'ils n'avaient pas besoin d'entrepreneurs : 'Cette danse ressemble à être pudique dans un bordel...'"

De la formatrice en marketing Shirley de Rose.

"C'était tout ce que je pouvais pour ne pas crier, “Oh, mon Dieu ! Son livre est un manuel pour une vie réelle ! Je peux penser à 10 personnes pour ce chapitre seul.” Mais je ne pouvais pas crier - mon conjoint dormait. Donc j'ai continué à lire, en réfléchissant comment je pourrais commenter tout ça. Mais mon analyse était identique pour chaque chapitre - c'est une lecture rapide, instructive, avec des listes à puces pour être inoubliable et, surtout, utile. Donc ce n'est pas du tout un livre à lire au coucher car il fait marcher le cerveau."

Si vous souhaitez savoir ce que des lecteurs "inconnus" pensent du livre, cliquez ici.


Le meilleur avant-propos de l'histoire humaine

La dernière chose que Dan Lyons (éditorialiste de Newsweek et auteur de Options: The Secret Life of Steve Jobs) a écrit sous le pseudonyme Steve Jobs est l'avant-propos de La réalité de l'entrepreneuriat. C'est, à mon avis, le meilleur avant-propos de l'histoire humaine.

Vous savez à quoi je pense lorsque j'entends le nom de Guy Kawasaki ? Motocyclettes. C'est vrai. C'est la première chose à laquelle je pense quand j'entends son nom, même si on m'a dit plusieurs fois que Guy n'avait rien à voir avec les motocyclettes. Donc j'essaie de ne pas penser aux motocyclettes, mais réfléchissez, le nom du mec est Kawasaki. A quoi d'autre pourriez-vous penser? Et ne dites pas Vietnam car ce n'est pas cool, les gens. Pas du tout cool. Guy n'était qu'un foutu garçon lorsque toute cette merde chutait. De toute façon, comme Guy n'est pas un concepteur de motocyclettes, et non plus un membre de Viet Cong, j'essaie de penser à autre chose, et en général ce à quoi je pense c'est le fait qu'il ait travaillé pour moi à Apple dans les années '80. Sincèrement, il ne m'a pas trop impressionné ces jours-là, et je ne me le rappelle vraiment pas trop, mais j'ai demandé aux RH de sortir son dossier et apparemment les seuls remarques existantes sur lui sont qu'il avait l'habitude de sauter la queue à la cafétéria et que plein de gens ne l'aimaient pas.

De toute façon, Guy y a travaillé pendant une quinzaine de minutes, mais il a été invité à dîner à ce sujet pendant les 20 dernières années, et enfin, plus de pouvoir pour lui. Sa grande revendication de la célébrité a été le fait qu'il ait créé cette notion d'évangélisme technologique et il a créé cette énorme communauté de mecs tarés fans d'Apple qui dormiraient dehors pendant la nuit pour avoir nos produits et qui attaqueraient toute personne qui oserait critiquer Apple. A ce jour, ces excentriques cinglés d'Apple me vénèrent comme un dieu et ne me laissent jamais avoir un moment de paix ou d'intimité. Ils volent les plaques d'immatriculation de ma voiture. Certains se mettent même devant ma maison espérant de me voir passer à côté du portail. En gros, ils ont transformé ma vie en un véritable enfer.

Donc, hmm, merci, Guy Kawasaki. Merci un foutu million de fois pour ça. Bon travail. C'est vrai. Toi, salaud.

Donc de quoi parle le nouveau livre de Guy ? A vrai dire, je n'en sais rien. Je ne l'ai pas lu. Je n'ai même pas fait semblant de le lire. J'ai dit à Guy, "Mec, voilà, je ne lis pas de livres, ok ? Les livres sont une technologie du siècle dernier. Si tu veux faire de ton livre un film, ou un podcast, et si tu veux télécharger ce contenu vidéo ou audio sur un super joli iPod ou iPhone, alors peut-être que tu auras créé un contenu moderne que je consommerai, bien que, à vrai dire, probablement même pas car je n'ai pas besoin d'entendre tes idées retardées sur les startups ou marketing ou levée de fonds ou n'importe quoi car je suis déjà le plus grand homme d'affaires de toute l'histoire de la planète et j'ai oublié du marketing plus que tu ne sauras. En plus, je suis super super occupé et important, et j'ai tellement d'argent que je pourrais essuyer mes fesses avec des billets de cent dollars tous les jours pour le reste de ma vie et j'aurais toujours plus d'argent que presque tout le monde sur la planète, y compris toi, comme la dernière fois que j'ai vérifié tu n'enflammais pas le monde en tant que capitaliste de risque."

Mais je divague.

De toute façon, Guy est assez poltron pour ne pas vraiment se soucier si j'ai lu son livre ou non. Comme il me l'a dit, tout ce qu'il veut c'est un nom célèbre sur la couverture, et presque tous les autres l'ont refusé et donc il a dû m'appeler, et donc, bon, je le laisse un peu implorer et puis je l'ai fait faire quelques choses humiliantes comme rester debout sur une jambe pendant une demi-heure et sauter et faire des bruits étranges, et puis j'ai dit, Ok, ok, assez, mordu, je t'écrirai quelque chose.

Donc voilà--mon soutien officiel. Reality Bites (Morceaux de la réalité) est de loin le meilleur livre écrit sur la Vallée. C'est un livre important et nécessaire, un dont la lecture devrait être requise dans chaque école de commerce du pays. J'aurais bien aimé que ce livre soit publié lorsque j'ai lancé Apple dans mon garage en 1976. Je suis sûr que je ne l'aurais pas lu, mais il aurait été quand même bien s'il paraissait alors pour aider tous les autres qui souhaitaient créer des sociétés, mais ne comprenaient pas les aspects les plus subtiles du commerce, comme le fait que tu dois demander pour tes produits plus d'argent que leur coût de production. C'est une leçon vraiment super importante, mais une que trop de gens ignorent, surtout ici dans la Vallée. De toute façon, si ces choses extrêmement super-évidentes ne sont pas déjà super-évidentes pour toi, alors tu dois probablement lire un livre comme celui-ci et avoir quelqu'un comme Guy Kawasaki pour t'enseigner comment démarrer une affaire, dans les termes qu'un enfant peut comprendre.

Et maintenant je pense aux motocyclettes à nouveau. Bon sang ! Namaste, les gens peu informés souhaitant devenir des hommes d'affaires. J'honore l'endroit où votre regard d'idiot et mes mots extrêmement sages deviennent un. Plein d'amour. Au revoir.

Fake Steve Jobs

Juillet 2008


Comment acheter

N'est-ce pas l'avant-propos une raison suffisante pour acheter La réalité de l'entrepreneuriat ? Voici des liens pour le faire :

800 CEO Read

Amazon

Barnes & Noble

Borders

 
L’article qui précède est la traduction de l’article La réalité de l'entreprenariat. La traduction et publication sont autorisées par l’auteur: retrouvez régulièrement sur notre blog les articles de Guy Kawasaki.

Guy Kawasaki est Directeur de Garage Technology Ventures, une société de capital-risque qui investit tôt dans les sociétés. Guy est également éditorialiste pour Entrepreneur Magazine. Auparavant, Guy avait le titre d’Apple Fellow chez Apple Computer, Inc. Guy est l’auteur de huit livres, incluant L’art de se Lancer, Rules for Revolutionaries, How to Drive Your Competition Crazy, Selling the Dream, and The Macintosh Way. Guy possède un BA de l’Université de Stanford et un MBA de l’UCLA, ainsi qu’un Doctorat honorifique du Babson College.


author Publié par incwo Fri, 12 Jun 2009 14:02:00 GMT

Nous avons mis en ligne aujourd'hui une nouvelle version de l'application gestion-auto-entrepreneur.

Cette évolution s'adresse tout particulièrement aux auto-entrepreneurs qui bénéficient de l'ACCRE

En effet, les modalités d'application de l'aide ACCRE au statut d'auto-entrepreneur ont été détaillées récemment, et il suffit aux bénéficiaires de l'ACCRE de se rendre sur l'application gestion-auto-entrepreneur, dans l'onglet de réglage, de choisir "Bénéficiaire de l'Accre", et d'entrer la date depuis laquelle ils sont bénéficiaires. 

Ainsi, leur bilan d'activité réduira automatiquement les charges sociales du montant nécessaire. En outre, il leur sera possible de visualiser en un clic les pourcentages de réduction appliqués sur leurs charges sociales sur les trois prochaines années. En effet les modalités d'application des réductions sont trimestrielles et suivent des règles non triviales. 


author Publié par incwo Thu, 11 Jun 2009 11:10:00 GMT

Jusqu'à présent, les applications web entreprise-facile fonctionnaient de manière indépendante. A partir d'aujourd'hui, elles disposent de connecteurs (APIs) qui permettent de les faire interagir avec d'autres applications. 

Tout est connectable : gestion de projet, gestion des contacts et des ventes, gestion financière, gestion des équipes, et documents ! Cela ouvre des possibilités inédites, comme par exemple :

- la saisie automatique de vos factures à partir de votre boutique en ligne
- l'utilisation d'un widget Windows pour la saisie rapide de vos feuilles de temps
- l'ajout dans vos contacts des prospects qui arrivent sur votre site
- la génération automatique de votre rapport développement durable (voir plus loin)

La liste des possibilités est infinie, aussi nous vous informerons régulièrement des nouvelles applications connectées sur entreprise-facile. 

Vous êtes développeur ? Consultez la documentation des APIs puis rejoignez notre Programme Développeur

 

Verteego est la première application connectée

Avec Verteego, créez simplement et rapidement le rapport développement durable de votre société.
Verteego est maintenant la première application connectée à entreprise-facile. Quel avantage ? Les informations saisies dans entreprise-facile seront automatiquement converties en équivalent-carbone et insérées dans votre rapport développement durable !

 


author Publié par incwo Thu, 11 Jun 2009 10:50:00 GMT

Episode 12 : Je transforme un devis en facture

Raymond a la pression : un client vient de l’appeler et demande à recevoir immédiatement sa facture.

Avec le Bureau Virtuel, en combien de minutes pourra t-il l’envoyer ? 5... 4… 3… 2… ?

Cliquez pour visualiser l'épisode


author Publié par incwo Wed, 10 Jun 2009 08:46:00 GMT

Le lancement des interfaces de programmation (API) d'entreprise-facile est maintenant imminent, aussi nous souhaitions faire un focus sur la première application connectée à entreprise-facile via ses APIs : Verteego, créée par Jeremy Fain. 
  
Bonjour Jérémy, pourrais-tu présenter en quelques mots ton parcours et les raisons qui t'ont mené vers l'entreprenariat ?

En quelques mots ? Jeremy Fain, cofondateur et directeur de Verteego, une société éditrice de logiciels de développement durable née en décembre 2007. Mon parcours? Ecole HEC, complétée d'un mastère en informatique et télécommunications à Centrale Paris; beaucoup d'international et de stages, dans l'audit, le marketing du logiciel, et les startups. Puis la création d'entreprise: c'est quasi-génétique car personne dans ma famille n'a jamais été sur une feuille de paye. Maintenant, monter une boite n'est pas une fin en soi, c'est même un acte mineur à côté des années que l'on va passer à la développer avec ses associés, ses équipes, ses clients, et ses partenaires.

Quelles sont tes activités actuellement ? 

Je suis dédié à 200% à Verteego: gestion administrative et financière, motivation et coaching de l'équipe marketing et commerciale, développement de nouveaux marchés en France et à l'International, réflexions stratégiques et produits, ...
 
Tout ce que j'entreprends est forcément en orbite de la comptabilité carbone, et plus largement du développement durable - et donc sert les intérêts de Verteego. Alors oui effectivement, j'anime aussi une émission sur decideurs.tv consacrée au Green, mais ça sert directement des intérêts business: celle de me rendre, et donc de rendre ma société, visible auprès d'un certain écosystème friand de médias, de web, et de responsabilité environnementale et sociale.

Quel est le métier de Verteego ? Que sera Verteego dans 5 ans selon toi ?

Le métier de Verteego est d'offrir aux entreprises et collectivités des outils de mesure de leur performance développement durable. Par exemple, Verteego Carbon est un logiciel de comptabilité carbone destiné aux entreprises qui souhaitent certes mesurer mais aussi suivre dans le temps l'impact CO2 de leurs activités. Nous croyons dûr comme fer que de la même façon que depuis des décennies, les entreprises émettent un rapport financier incluant un bilan comptable, ces dernières devront très vite y adjoindre un rapport carbone faisant état de leur bilan environnemental.

Quel est le "pitch" de Verteego pour un indépendant ou une TPE ?

La responsabilité sociétale ne concerne pas que les grands groupes, et les entrepreneurs le savent bien: ils font très souvent bien plus pour la Planète et le bien-être de leurs salariés que de grosses sociétés qui ont elles les moyens de communiquer.
 
Chez Verteego, on s'est donné une mission: celle de démocratiser des outils simples et efficaces de développement durable. Les entrepreneurs peuvent, sur http://www.verteego.com, créer gratuitement leur rapport de développement durable (5 thèmes au choix gratuitement; EUR 29,99/mois pour les 58 thèmes), et sur http://www.verteegocarbon.com, accéder à une solution très simple et pour un coût modique (EUR 500 / site / an) d'évaluation et de suivi de leurs émissions de CO2 selon la méthodologie bilan carbone de l'ADEME.
 
L'idée est que les indépendants et les TPE puissent montrer à leurs clients (souvent des sociétés plus grosses qui elles n'auront pas forcément mis en place une telle démarche!) et consommateurs qu'ils n'ont pas attendu la réglementation pour mesurer et réduire leur impact environnemental.
 
Sur Verteego Carbon, on fait -20% la première année à la communauté d'entreprise-facile jusqu'au 31 août, donc l'abonnement annuel coûte 400 EUR H.T. la première année au lieu de 500 EUR H.T. sur simple mention d'entreprise-facile. Profitez-en!

Quelle était l'idée de départ, a-t-elle évolué dans le temps ?

L'idée a énormément évolué dans le temps effectivement. Au départ, nous voulions réaliser un "Environmental Profiling Software" pour les sociétés industrielles. Puis on s'est élargi au Développement Durable de manière générale, car la Planète, on cherche bien à la mettre au service de l'Homme pour l'éternité, non? Enfin, on a voulu proposer des logiciels aux PME-PMI car on s'est rendu compte de leur déficit de compétitivité en matière de développement durable vis-à-vis des grands groupes, notamment dans les dossiers de réponses aux appels d'offres. 
 
Puis la crise est arrivée, et l'on a réalisé que la moitié des appels entrants émanaient de grands comptes et de collectivités. On a donc repris la planche à dessin et conçu de nouvelles applications destinées quant à elles exclusivement à ces mêmes grands comptes et collectivités, tout en conservant notre offre PME-PMI. Aujourd'hui, nous disposons d'une plateforme logicielle complète permettant aux organisations de gérer l'ensemble de leur responsabilité sociétale: depuis les émissions de gaz à effets de serre jusqu'aux achats durables (la sélection des fournisseurs entre autres sur des critères sociaux et environnementaux) en passant par des indicateurs de développement durable conformes aux standards internationaux notamment de la Global Reporting Initiative - dont Verteego est partenaire. Enfin, on a également développé une activité de bureau d'études en environnement, pour accompagner les clients dans la réalisation de l'éco-étiquetage de leurs produits: par exemple, vous saurez bientôt que votre kilo de pommes, qui vous coûte 2,31 EUR, pèse également X grammes de CO2 à la Planète.
 
Comment gérer les évolutions de son idée initiale ? (Du point de vue personnel, de l'équipe, etc.)

Du point de vue personnel, il faut avoir le courage de changer rapidement de cap et être en éveil permanent sur les déviations par rapport à la route initiale, pour filer un peu la métaphore du cap du navigateur.  
 
Du point de vue de l'équipe, ça n'a pas posé beaucoup de problème car tout le monde souhaite que la société marche, et marche bien. Donc quand c'est la meilleure chose à faire, l'équipe se met rapidement en ordre de marche pour proposer de nouveaux produits, le faire savoir, tout en conservant le même niveau d'exigence en matière d'innovation et de qualité.

Est-ce que chaque action de la journée est orientée vers la rentabilité ou bien une partie de tes équipes travaille sur des sujets moins orientés rentabilité immédiate ?

J'aurais tendance à dire qu'on a une stratégie qui représente notre vision de long terme. Au quotidien, nous sommes tous un peu la tête dans le guidon, pressurisés par les contraintes de livraison aux clients, la maintenance, le développement de nouvelles fonctionnalités, les réponses aux demandes.
 
Donc effectivement, disons que 90% de nos forces sont consacrées à des projets de court terme (horizon 3 mois) quand bien même dans tout ce que nous faisons nous nous appliquons à nous-mêmes ce que nous préconisons, à savoir de travailler coûte que coûte dans le respect de nos valeurs environnementales et sociales. 

Tout le monde se demande comment trouver des clients : comment trouves-tu les tiens ? Comment les conserves-tu ?

Nous trouvons environ un tiers de nos clients par réseau, en faisant des rencontres; un autre tiers sur Internet, en faisant de la pub sur Google ou via nos blogs; et enfin un dernier tiers qui nous est recommandé par nos clients existants. Nous les conservons en disant ce qu'on fait, et en faisant ce qu'on dit. Et aussi en établissant une véritable relation avec eux: nos clients savent qu'avec Verteego, ils auront toujours un interlocuteur expert pour leur répondre. Et ça, ça n'a pas de prix. 

Est-ce qu'il est nécessaire selon toi pour entreprendre avec succès de se transformer en "comptable" et de suivre son argent de très près ?

La trésorerie, c'est le nerf de la guerre. Un euro pas dépensé vaut autant qu'un euro gagné. Donc oui, les entrepreneurs à succès sont nécessairement très pragmatiques, ce qui ne veut pas dire pingres: certaines dépenses sont à voir comme des investissements, des systèmes de management environnemental par exemple :)

Que referais-tu différemment ? 

Plein, plein de choses. Mais en voici 3 qui me viennent facilement à l'esprit: 
  • J'aurais travaillé quelques mois de plus, tout en sachant sciemment que je partais monter ma boite, dans l'entreprise où j'étais pour bénéficier des ASSEDIC;
  • Je démarrerais avec un premier client plutôt qu'avec plein d'idées que je pensais géniales tout seul (car c'est le marché qui décide, in fine);
  • Je serais peut-être moins transparent sur les ambitions de la société; car en communiquant notre succès, on a suscité des vocations. Je pratiquerais donc une politique de confidentialité plus drastique et sélective.

Tu es un Gérant Vert : est-ce que tout le monde peut l'être ? Penses-tu que les questions écologiques représentent une opportunité universelle de faire évoluer son métier de manière positive ?

La question n'est à mon sens pas de savoir si l'on peut l'être. Penser à l'écologie au quotidien est un devoir moral. Antoine de Saint-Exupéry a un jour écrit "nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants". L'entreprise est, comme le citoyen ou l'Etat, un acteur économique et social qui doit prendre ses responsabilités. Maintenant, on a la chance de découvrir qu'on peut aligner complètement son souci environnemental avec ses intérêts économiques donc les premiers à s'engouffrer dans la brèche disposeront d'un véritable boulevard de croissance devant eux.
 
Mettre le développement durable au coeur de ses valeurs d'entreprise, ça facilite le cost killing, ça ouvre de nouveaux marchés, ça motive les salariés, ça satisfait les clients, ça rassure les partenaires, et ça prépare à l'économie de demain où les matières premières énergétiques coûteront des montants faramineux en raison de leur rareté. L'écologie, c'est un pari gagnant à tous les coups. Maintenant, il faut discerner le bon grain de l'ivraie car beaucoup y voient principalement, à tort, une opportunité de communiquer pour surfer sur la vague. Heureusement que personne n'est dupe!


Peux-tu nous donner trois conseils au format Twitter (moins de 160 caractères) à une personne située en province, sans contact dans l'entreprenariat, qui souhaite ouvrir un commerce

  • Que cette personne ne fasse aucun complexe d'infériorité: on n'apprend pas à faire du commerce en école de commerce! La véritable école est celle de la vie des affaires et du commerce. Il paraît d'ailleurs que ce sont des années de chien et qu'un an d'expérience dans la création d'entreprise en vaut 7 à travailler pour d'autres...
  • Que cette personne soit très patiente: quant je regarde notre business plan initial, je réalise qu'on met grosso modo 3 fois plus de temps que prévu à réaliser nos objectifs. Il ne faut pas s'attendre à sortir la tête de l'eau avant 3 années au moins.
  • Qu'il n'y a pas besoin d'être à Paris ou d'avoir des "contacts dans l'entrepreneuriat" pour faire preuve de culot pour trouver ses premiers clients, et de force de persuasion et d'esprit de discernement pour trouver ses futurs associés. L'équipe, c'est clé !
Au fait, Twitter, c'est 140 caractères ;)


Older posts: 1 ... 126 127 128 129 130 ... 141