author Publié par incwo Thu, 03 Jul 2008 21:45:45 GMT

Une des grandes vertus du projet de statut d'auto-entrepreneur réside dans la simplification des démarches nécessaires pour l'obtention du statut et dans le fait d'être à jour fiscalement. Egalement par la possibilité de cumul avec d'autres activités. Toutes ces nouveautés vont dans le sens de la simplicité, et surtout, de la réduction du coût de la tentative d'entreprendre.

En effet, si entreprendre signifie quitter son travail et commencer à dépenser pour créer une société, et lancer des dépenses qui ne s'arrêteront qu'à la mort de l'entreprise, on peut comprendre que dès le départ, cela rebute.

Avec ce nouveau statut, il sera possible, en toute légalité, de tenter, tester, jouer avec les paramètres de l'entreprise. Sans risque, sans surcharge inutile de travail administratif. Lancer une boutique sur eBay, lancer un site eCommerce, fabriquer quelques objets et les faire distribuer dans des magasins proches de chez soi, faire du conseil le soir ou le week-end sur un sujet que l'on maitrîse. Et... si cela marchait?? Eh bien, l'on créerait une entreprise, une vraie, en continuité avec le statut de l'auto-entrepreneur.

Un statut qui tombe à pic alors qu'il devient de plus en plus facile de démarrer une activité avec très très peu d'investissement, grâce à l'utilisation d'internet.

En réduisant les effets de seuil, donc les barrières, le statut de l'auto-entrepreneur devrait augmenter le nombre de créateurs d'entreprise déclarés.


author Publié par Besse Wed, 02 Jul 2008 13:12:00 GMT

L’économie sociale et solidaire (ESS) est une manière d’entreprendre autrement, où l’économie est au service de la personne et non l’inverse.

Davis Bornstein est l’auteur de Comment changer le monde : Les entrepreneurs sociaux et le pouvoir des nouvelles idées. Après une récente mise à jour, ce livre est désormais disponible pour la première fois en format de poche. Nelson Mandela lui-même a dit que le livre était « merveilleusement plein d’espoir et éclairant ». David est aussi l’auteur de : Le prix d’un rêve : l’Histoire de la Banque Grameen, qui décrit la croissance mondiale de la stratégie de lutte contre la pauvreté, le « micro-crédit ». Le prix d’un rêve, écrit après 10 mois de recherches dans des villages du Bangladesh, a gagné le second prix des Harry Chapin Media Awards, était finaliste au concours de la librairie publique Helene Bernstein de New York dans la catégorie Excellence en journalisme, et a été sélectionné par les chroniques de San Francisco comme étant l’un des meilleurs livres de business de 1996. Des articles de Bornstein ont été publiés dans The Atlantic Monthly, The New York Times, New York Newsday, Il Mundo (Italie), Defis Sud (Belgique) et dans d’autres journaux. Il a co-écrit pour le service public la série de documentaires de deux heures « To our credit » , centrée sur le micro-crédit dans 5 pays. Bornstein est détenteur d’une licence de commerce de l’université McGill à Montréal et d’un master d’art à l’université de New York.

1. Question : Existe t-il des différences fondamentales entre le fondateur d’une entreprise à but social et celui d’une entreprise à but lucratif ?

Réponse : Cela dépend de ce que vous entendez par fondamental. En termes de tempérament, de compétences, de volonté, de façon de poser des questions et de résoudre des problèmes, les fondateurs de sociétés à but lucratif et de sociétés à but social sont très fortement semblables. Nous observons de plus en plus d’entrepreneurs sociaux utilisant le format d’une entreprise lucrative pour atteindre leurs objectifs. Par conséquent, un entrepreneur social n’a pas à diriger une entreprise à but non-lucratif. En réalité, la différence réside dans ce que l’investisseur cherche à maximiser. Quelle est la motivation principale qui se cache derrière la création de votre entreprise, quelle que soit sa forme ? Essayez-vous de développer des remèdes contre des maladies touchant un grand nombre de pauvres des pays en voie de développement comme Victoria Hale le fait avec One World Health ou essayez-vous de dominer le marché mondial des baskets ou des shorts à la mode pour jockey ? Les entrepreneurs créant des sociétés à but lucratif construisent toutes sortes de choses. Les entrepreneurs sociaux sont tout d’abord motivés par des impératifs éthiques. Ils cherchent à répondre à des besoins urgents. La question de savoir pourquoi est prépondérante.

2. Question : Il y t’il des différences fondamentales entre les personnes qui vont travailler pour une start-up sociale et celles qui travaillent pour une start-up à but non lucratif ?

Réponse : La grande différence est que les gens qui travaillent pour une start-up dédiée à créer un changement social sont moins motivés par le fait d’avoir un bon salaire puisque ça n’est généralement pas le but ultime. Si vous réussissez merveilleusement bien, vous ne devenez pas riche, vous changez le monde. La différence peut parfois être reliée à la hiérarchie des valeurs qui gouvernent les décisions de l’entrepreneur social, et ce qu’il pense devoir accomplir pour être heureux et se sentir en accord avec lui-même ou, à contrario, pour obtenir l’estime et l’admiration qu’il recherche.

3. Question : Dans le monde des affaires, on mesure les performances grâce au chiffre d’affaires, comment procéder dans celui des entreprises sociales?

Réponse : Cette tâche est rude puisqu’il existe des entreprises sociales de toutes sortes. Quant il s’agit de faire du profit, vous pouvez comparer les performances financières des entreprises qu’elles vendent des voitures ou des cafés. Mais comment comparer le succès d’une organisation qui aide les personnes handicapées à être indépendantes et à vivre décemment avec une organisation qui offre des aides financières et scolaires pour des enfants provenant de milieux défavorisés ? Il n’y a pas un repère unique qui serait comparable aux revenus ou aux profits dans le milieu des affaires mais il y a clairement des organisations qui parviennent à avoir plus d’impact par dollar dépensé que d’autres. Comparer des entreprises sociales n’est pas aussi simple que de rentrer des données sur une feuille de calcul et d’obtenir un résultat. Mais en combinant des paramètres bien choisis, qui compare les différentes formes de preuves ou d’analyses non-numériques, il est possible de raisonner et d’aboutir à des jugements fiables sur les organisations faisant le meilleur travail. Finalement, ça n’est pas totalement différent de ce que font intuitivement de nombreux investisseurs et agences d’évaluation dans le monde des affaires. Les investisseurs regardent les valeurs humaines - l’équipe, l’enthousiasme, la qualité de résolution des problèmes, le management, la volonté, le potentiel de croissance - quand ils prennent des décisions. Vous pouvez faire la même chose avec des entrepreneurs sociaux.

4. Question : Comment les entrepreneurs sociaux peuvent-ils attirer des talents quand les salaires et les avantages qu’ils proposent sont peu élevés ?

Réponse : En offrant aux personnes des opportunités d’emploi adaptées à leur talent, leur valeurs et leurs intérêts. En leur donnant envie de changer le monde, de faire partie de quelque chose de plus grand qu’eux-mêmes. Nous devons relever la supposition cachée derrière cette question, c’est-à-dire le fait que les gens chercheraient à maximiser leurs gains d’argent. Effectivement, nous sommes tous concernés par le fait de gagner de l’argent. Mais les choix que les gens font chaque jour - devenir professeur, avoir des enfants, faire des dons à une œuvre de bienfaisance – prouvent que nous sommes des créatures complexes motivées par différentes choses. Tant de richesse et de liberté, et nous semblons obsédés par trouver le bonheur ! Chaque jour un nouveau livre, donnant des indications pour devenir heureux, paraît. La plupart des gens sont aujourd’hui immensément riches en comparaison de leurs grands-parents, cependant de nombreuses études démontrent que nous ne sommes pas heureux, et peut-être moins qu’eux. Exercer un métier stimulant et significatif entouré de collègues respectés et appréciés est ce qui rend par-dessus tout les gens heureux et comblés. Les entrepreneurs sociaux offrent cela.

5. Question : Est-ce la raison pour laquelle d’importants hommes d’affaires se tournent vers l’entreprenariat social ?

Réponse : Ces hommes d’affaires se tournent vers l’entreprenariat social pour les mêmes raisons que de nombreuses autres personnes : ils voient de nouvelles opportunités de résoudre des problèmes de façon créative. En tant que personne, ils ont bien plus de pouvoir pour comprendre et s’atteler aux problèmes que par le passé. Ils ont d’énormes besoins de résoudre ces problèmes qui ne sont pas traités par les institutions traditionnelles, que ce soit des entreprises, lucratives ou non, ou le gouvernement. Ils ont vécu ce qui pourrait être décrit comme « l’échec du succès », l’extraordinaire accumulation de richesses et de possessions sur ces cinquante dernières années qui a laissé les gens insatisfaits. Quand Bill Gates annonça qu’il désirait réduire petit à petit son engagement à Microsoft pour diriger sa fondation, il précisa clairement que ce n’était pas un effacement mais plutôt un réordonnement de ses priorités. Pourquoi ? Au cours de ses voyages de recherche dans les pays en voie de développement, il dut faire face à des personnes souffrantes et parfois mourantes, et il ne pouvait rien faire pour elles. Il vit donc qu’il pouvait être plus utile au monde en aidant à développer des vaccins contre le SIDA ou la malaria ou en facilitant l’accès aux soins, qu’en créant des logiciels informatiques, quelqu’en soit la valeur. Beaucoup de personnes tirent les mêmes conclusions. C’est comme un réveil général.

6. Question : Les gens apprécient qu’un magnat laisse tomber ses gros billets pour se reconvertir dans une entreprise à but non lucratif, mais l’inverse se produit-il parfois ?

Réponse : Ce que nous observons aujourd’hui, c’est que les échanges sont plus nombreux entre l’entreprenariat à but social et les entreprises. Il est de plus en plus commun de trouver des gens qui ont travaillé sur des projets sociaux ou environnementaux pendant des années et qui découvrent une opportunité en entreprise qui augmentera leur impact. L’élan d’entreprenariat chez CleanTech en est un parfait exemple. Clean Tech est dirigé par de nombreuses personnes travaillant pour des projets environnementaux et qui ont vu le monde des affaires comme une machine formidable pour parvenir à leurs fins. Dans le secteur de la santé, nous commençons à voir des professionnels ayant jusqu’à présent fait carrière dans la médecine publique, créer leur entreprise fortement inspirée du modèle d’une entreprise lucrative pour résoudre les problèmes qui leur tiennent à coeur. De plus en plus de personnes évoluent dans un secteur neutre ; ils cherchent à avoir un impact maximum et cherchent l’outil le plus efficace pour faire ce travail. Il semble que cette tendance perdure dans le futur.

7. Question : Qu’est ce qui fait que certaines personnes passent à l’action pendant que d’autres restent à cogiter ?

C’est difficile à dire. Pourquoi des personnes, qui tergiversent pendant des mois, appuient soudain sur l’accélérateur? À un certain point, ne rien faire devient plus pénible que de payer des impôts liés à notre nouvelle activité. La même chose peut être appliquée à d’autres aspects de la vie. L’inaction cause une peine émotionnelle, spécialement si quelque chose nous tient à coeur. Par conséquent, plus nous sensibiliserons les gens aux problèmes, plus ces problèmes seront émotionnellement difficiles à supporter, plus les gens deviendront actifs. Aussi, il y a tout ce qui découle de l’action - le plaisir anticipé et la satisfaction. Être actif – le plaisir de collaborer, le sentiment de satisfaction et le tressaillement de voir les choses changer, la joie de donner – sont toutes potentiellement des grandes motivations. Mais souvent nous oublions de parler de ces aspects du changement. Le dernier point est que nous ne voyons que les aspects « qui font bien », le sacrifice, le côté éthique, mais nous oublions souvent de mentionner à quel point il est merveilleux d’agir en accord avec ses valeurs profondes. Finalement, les gens délaient souvent car ils ne savent simplement pas où ils vont, ce qu’ils doivent faire, ou comment faire le premier pas. Il y a donc un grand besoin d’outils qui aideraient les gens à trouver leur place dans le champ de l‘entreprenariat social et de l’innovation sociale. C’est en fait le sujet du livre que je suis en train d’écrire.

8. Question : Quelles sont les choses qui tiennent à distance un entrepreneur social potentiel ?

Réponse : Les blocages majeurs sont dus à un manque de fonds rationnellement alloués qui permettraient de construire des institutions internationales. Nos meilleures entreprises sont capables de soulever des centaines de millions de dollars sur les marchés financiers – grâce à des dettes ou des stocks. Mais les entrepreneurs sociaux, qui dirigent des entreprises à but non-lucratif, doivent généralement trouver des fonds grâce à des fondations qui leur délivrent de petites enveloppes et seulement à court terme. Parce que le financement est si fragmenté, les entrepreneurs sociaux finissent par passer 80% de leur temps à chercher des fonds au lieu de le passer à diriger leur entreprise. C’est un énorme ralentissement. Les entrepreneurs sociaux ont un autre problème qui est celui de faire croître durablement leur capital. Le corollaire à ce problème est la difficulté à recruter et à garder des gens très talentueux. Un autre blocage est le manque de passerelles à double sens entre les entrepreneurs sociaux et les hommes d’affaires ou le gouvernement.

9. Question : Ainsi que pourraient faire les gouvernements ou les sociétés pour encourager et développer l’entreprenariat social ?

Réponse : L’entreprenariat social peut et doit être encouragé à de nombreux niveaux. Par essence, le but est d’aider à construire une société dans laquelle de nombreuses personnes ont la confiance, les capacités et le désir de résoudre les problèmes qu’elles peuvent voir autour d’elles. Les qualités les plus importantes pour un entrepreneur social sont l’empathie, la capacité à collaborer et la croyance obstinée dans le fait qu’il est possible de faire la différence, tout ce qui motive et pousse les gens à agir. Le système éducatif pourrait être amélioré pour inculquer aux jeunes ces différentes qualités au travers d’expériences formatrices, pour leur donner le sens de l’action, le sens de leur propre pouvoir relié à un cadre éthique. J’ajouterais que ceci devrait être un but fondamental de l’éducation. Dès lors qu’un enfant a eu cette expérience, il ne fera jamais marche arrière pour devenir un acteur passif de la société. Nous pourrions introduire dans le CV de chaque école de telles expériences. Nous pourrions utiliser les médias pour rendre plus visible l’entreprenariat social. À un niveau plus avancé, les entrepreneurs sociaux ont besoin d’une variété de financements et de supports structurels -de nouvelles lois, des financements moins fragmentés et plus rationnels et des passerelles plus solides avec le gouvernement, les entreprises et les académies.

10. Question : qui est le Steve Jobs de l’entreprenariat social ?

Réponse : L’entrepreneur social le plus connu serait Muhammad Yunus, le fondateur de la Grameen Bank. Comme Jobs, Yunus a pris un produit - le crédit - qui était autrefois un produit exclusif (tout comme les premiers PC), et les présenta au grand public. En faisant cela, sa banque permit de démocratiser l’accès au capital d’une façon similaire à celle d’Apple lorsqu’il démocratisa l’accès à l’information. L’effet est similaire : plus de choix et d’auto détermination dans les mains d’un nombre plus important de personnes.

11. Question : L’entrepreneur du milieu de l’Afrique qui obtient un micro-prêt et subvient aux besoins de sa famille est-il tellement différent de Bill Gates ou Steve Jobs ?

Réponse : Oui et non. En termes de vision et d’aspiration, les Bill Gates et Steve Jobs sont plutôt rares. Oublions l’Afrique, il y a de nombreuses personnes nées dans de bonnes sociétés, ayant eu la meilleure éducation qu’il soit, une grande ouverture d’esprit, beaucoup de confiance, et qui ne deviennent pourtant pas entrepreneurs. Ça n’est pas ce qui les attire. Les entrepreneurs sont plus excités par l’idée de rendre leurs visions réelles. D’autres personnes tirent une grande satisfaction grâce à des choses différentes : les relations entre les personnes peut-être ou l’enseignement, l’art de guérir, faire de la belle musique. Il n’y a pas de grandes différences entre diriger une affaire comme Bill Gates et Steve Jobs et des entrepreneurs sociaux comme Jim Grant, Muhammad Yunus, Fazle Abed, or Bill Drayton. Mais clairement, tout le monde n’a pas le tempérament et le désir d’être un entrepreneur pour faire des profits, heureusement ! Il y a aussi des entrepreneurs à des niveaux différents. Certains construisent de petites organisations, d’autres des moyennes, ou encore des grandes. La différence réside dans ce qui est pour eux le plus important dans la vie, quelle place ils s’accordent pour rêver et où ils vont pour prendre du repos. Sans aucun doute, des millions de micro entrepreneurs en Afrique, au Bangladesh et dans tous les pays en voie de développement ont un fabuleux potentiel sous-utilisé ou inexploité. Étant donné les supports structurels et l’exposition, une majeure partie des entrepreneurs voudrait continuer à construire des entreprises ou des organisations sociales prospères, une autre partie continuerait à monter des entreprises internationales. Mais il est important de constater que les entrepreneurs ne sont qu’un ingrédient dans le processus de changement. Les entrepreneurs réussissent seulement tant qu’ils peuvent réunir des personnes aux talents différents et aux capacités qui peuvent, en tant qu’équipe, créer ce qu’ils ne pourraient jamais faire seuls. Les entrepreneurs sont des centres ou des aimants, ils organisent les forces. Il faut de nombreuses mains travaillant ensemble pour produire un changement signifiant.

L’article qui précède est la traduction de l’article Social Entrepreneurship: Ten Questions with David Bornstein de Guy Kawasaki. La traduction et publication sont autorisées par l’auteur: retrouvez régulièrement sur notre blog les articles de Guy Kawasaki.

Guy Kawasaki est Directeur de Garage Technology Ventures, une société de capital-risque qui investit tôt dans les sociétés. Guy est également éditorialiste pour Entrepreneur Magazine. Auparavant, Guy avait le titre d’Apple Fellow chez Apple Computer, Inc. Guy est l’auteur de huit livres, incluant L’art de se Lancer, Rules for Revolutionaries, How to Drive Your Competition Crazy, Selling the Dream, and The Macintosh Way. Guy possède un BA de l’Université de Stanford et un MBA de l’UCLA, ainsi qu’un Doctorat honorifique du Babson College.


author Publié par incwo2 Fri, 27 Jun 2008 08:20:29 GMT

Cet article a été écrit par Scott Shane en complément de son test sur l’entreprenariat. Monsieur Shane est professeur d‘études entreprenariales à l’université Case Western Reserve. Il est l’auteur de sept livres, le dernier de la série étant Les illusions de l’entreprenariat : Les idées reçues les plus tenaces que les entrepreneurs, les investisseurs et les responsables tiennent pour vraies. La plupart des entrepreneurs ont quantité d’idées reçues sur l’entreprenariat. Voici 10 des idées les plus répandues ainsi que la réalité effective leur correspondant :

  1. Financer un nouveau projet coûte très cher. Faux. Il ne faut que 25 000 $ (environ 16 000 €) pour lancer une start-up. Les entrepreneurs dont le projet est une réussite et qui ne croient pas en ce lieu commun conçoivent leur projet de façon à ce qu’il fonctionne avec peu de cash. Ils empruntent au lieu de payer. Ils louent au lieu d’acheter. Ils remplacent les coûts fixes par des coûts variables en ayant recours aux commissions plus qu’aux salaires fixes.
  2. Les capitaux-risqueurs sont un bon moyen de financement pour les start-ups. Pas à moins que vous créiez une entreprise d’informatique ou de biotechnologie. Le matériel informatique, les logiciels, les semis-conducteurs, la communication et la biotechnologie comptent pour 81% de l’ensemble des capitaux risque en dollars et 72% des entreprises qui possèdent des capitaux risques sur les 15 dernières années environ. Les investisseurs en capital-risque ne subventionnent que 3 000 entreprises par an et seulement un quart de ces entreprises sont au stade de projet ou de start-up. En fait, les chances qu’une start-up obtienne des capitaux risques sont d’environ un sur 4 000. La probabilité que vous mouriez en tombant dans votre douche est plus forte.
  3. La plupart des business angels sont riches. Si être riche signifie être un investisseur averti, une personne avec une valeur nette de plus d’un million de dollars ou un revenu annuel de 200 000$ pour un célibataire et de 300 000$ pour un couple marié, alors la réponse est non. Environ trois quarts des investisseurs qui apportent du capital pour fonder des start-ups à des personnes qui ne sont ni leurs amis, ni leurs voisins, ni leurs associés, ni leur famille ne remplissent pas les conditions nécessaires à l’obtention de l’accréditation de la commission des titres financiers et des bourses. En fait, 32% ont un revenu du ménage de moins de 40 000$ par an et 17% ont un revenu net négatif.
  4. Les start-up ne peuvent pas être financées par des dettes. En fait, la dette est plus répandue que le capital. Selon une étude sur les finances des petites entreprises de la Réserve fédérale, 53% du financement des entreprises âgées de moins de deux ans provient de la dette et seulement 47% provient du capital. Par conséquent, de nombreux entrepreneurs utilisent la dette plutôt que le capital pour fonder leur entreprise.
  5. Les Banques ne prêtent pas d’argent aux start-up. C’est un autre lieu commun. Encore une fois, les données de la Réserve fédérale montrent que les banques comptent pour 16% de l’ensemble des financements fournis aux entreprises de moins de 2 ans. Alors que ce chiffre peut paraître faible, c’est tout de même 3 % plus élevé que l’argent fourni par les créditeurs commerciaux, et toujours plus élevé qu’un tas d’autres sources que tout le monde connaît : les amis, la famille, les business angels, les capitaux risques, les investisseurs stratégiques, les agences du gouvernement.
  6. La plupart des entreprenurs créent des entreprises dans des industries qui les attirent. Malheureusement, c’est le contraire qui est vrai. La plupart des entrepreneurs se lancent directement dans les pires industries lorsqu’ils créent des start-ups. La corrélation entre le nombre d’entrepreneurs commençant une affaire dans une industrie et le nombre d’entreprises échouant dans cette industrie est 0,77. Cela signifie que la plupart des entrepreneurs choisissent des industries dans lesquelles la probabilité qu’ils échouent est plus importante.
  7. La croissance d’une start-up dépend plus du talent de l’entrepreneur que du projet qu’il a choisi. Désolé de dégonfler quelques égos ici, mais l’industrie que vous choisissez pour lancer votre entreprise a un énorme impact sur la probabilité qu’elle réussisse. Durant les 20 dernières années, environ 4,2 % des start-ups dans le secteur informatique et dans l’équipement de bureau ont fait partie de la liste des 500 croissances les plus rapides de toutes les entreprises privées américaines. 0,005% des start-up dans le secteur hôtelier et 0,007 % dans le secteur alimentaire ou des établissements de la boisson étaient présentes dans ce même classement. Cela signifie que la probabilité que vous apparaissiez dans ce classement est 840 fois plus importante si vous créez une entreprise dans le secteur informatique plutôt que si vous ouvrez un hôtel ou un restaurant. Il n’existe aucun autre critère ayant un effet de magnitude sur la croissance d’une entreprise aussi important.
  8. La plupart des entrepreneurs ont réussi financièrement. Désolé, ceci est une nouvelle idée reçue. L’entreprenariat crée beaucoup de richesse mais celle-ci est très inégalement distribuée. Le profit moyen d’un propriétaire-gestionnaire d’entreprise est de 39 000$ par an. Il n’y a que le top 10% des entrepreneurs qui gagnent plus d’argent que les employées.Et l’entrepreneur type gagne moins d’argent que s’il travaillait pour quelqu’un d’autre.
  9. De nombreuses start-ups parviennent à atteindre les prévisions de croissance des ventes attendues par les investisseurs. Pas du tout. Sur les 590 000 nouvelles entreprises comprenant au moins un employé créées aux Etats-unis chaque année, les données montrent que moins de 200 atteignent les100 millions de dollars de vente en 6 ans que les capitaux risqueurs aimeraient trouver. Environ 500 entreprises atteignent les 20 millions de dollars de vente dont les « sophisticated angels » , tel que celui de Tech Coast Angels et the Band of angels, parlent. En fait, seulement 9 500 entreprises atteignent 5 millions de dollars de vente sur cette période.
  10. Créer une entreprise est facile. En fait, ça ne l’est pas, et la plupart des gens qui entreprennent de créer une entreprise échouent lorsqu’il s’agit de la faire marcher. 7 ans après avoir commencer le processus de création, seulement un tiers des entrepreneurs présentent un flux de trésorerie positif supérieur à 3 mois de salaire et de dépenses du propriétaire.

L’article qui précède est la traduction de l’article " Top Ten Myths of Entrepreneurship" de Guy Kawasaki. La traduction et publication sont autorisées par l’auteur: retrouvez régulièrement sur notre blog les articles de Guy Kawasaki.

Guy Kawasaki est Directeur de Garage Technology Ventures, une société de capital-risque qui investit tôt dans les sociétés. Guy est également éditorialiste pour Entrepreneur Magazine. Auparavant, Guy avait le titre d’Apple Fellow chez Apple Computer, Inc. Guy est l’auteur de huit livres, incluant L’art de se Lancer, Rules for Revolutionaries, How to Drive Your Competition Crazy, Selling the Dream, and The Macintosh Way. Guy possède un BA de l’Université de Stanford et un MBA de l’UCLA, ainsi qu’un Doctorat honorifique du Babson College.


author Publié par incwo Thu, 26 Jun 2008 10:10:32 GMT

C'est une association a priori inattendue entre l'ordre des Experts-Comptables et Le Guide du Routard qui a donné naissance au Guide du Routard de la Création d'Entreprise ! Mais après tout, si l'on considère que la création d'entreprise est un voyage comparable à une aventure, cela prend du sens. Le guide est distribué gratuitement. Pour en savoir plus, rendez-vous sur http://www.guidedelacreationdentreprise.com.


author Publié par incwo Tue, 24 Jun 2008 19:52:26 GMT

Vous avez été nombreux à nous demander le retour de la traduction des articles de Guy Kawasaki que nous publions l'été dernier avec l'accord de l'auteur.

C'est chose, faite, avec le retour de l'été, voici aussi le retour de ce point de vue pragmatique et d'inspiration américaine sur la création d'activité: son blog "Comment changer le monde". Nous espérons que comme nous, vous aurez beaucoup de plaisir à lire Guy!


author Publié par incwo2 Fri, 13 Jun 2008 08:01:04 GMT

La statut d'auto-entrepreneur a été validé, en première lecture, par l'Assemblée Nationale.

Les députés ont terminé l’examen des articles du projet de loi de modernisation de l’économie que présentait Christine LAGARDE, Ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, avec le concours de ses Secrétaires d’Etats Luc CHATEL et Hervé NOVELLI.

Le texte sur l'auto-entrepreneur a été adopté par l'Assemblée Nationale, mais rien n'est pour autant encore acquis. Le texte doit encore passé en lecture au SENAT et être voté par les 2 assemblées au moins de juillet.

Si ce projet de loi est voté, sa mise en application sera effective en janvier 2009.


author Publié par incwo2 Wed, 11 Jun 2008 09:59:00 GMT

Vous cherchez un endroit pour installer et développer votre activité ? Pourquoi pas le Gers ? Franck Cazalas, Chef de projet Soho Solo à la Chambre de Commerce et d'Industrie du Gers, nous présente le programme d'accueil et d'accompagnement des indépendants et télétravailleurs dans le Gers.

 

 

1/ Pouvez vous, en quelques mots, présenter votre région, l'environnement de travail et sa dynamique économique ?

Situé au cœur du Sud ouest, entre Pyrénées et Océan Atlantique, le Gers séduit par son climat tempéré, sa culture du terroir, son habitat de caractère, l'hospitalité des Gascons et son environnement préservé, propice aux loisirs et à la détente. A moins d'une heure de Toulouse et de son aéroport international, le Gers est un territoire rural résolument tourné vers l'innovation. Le développement des TIC (Technologies de l'Information et de la Communication) y ouvre de larges perspectives en matière d'accueil de nouvelles populations

2/ Comment est né le projet Soho Solo Gers ? Quels constats ont permis de lancer cette initiative ?

C'est dans le cadre d'un financement européen Interreg III B que le projet Soho Solo a pu être mis en œuvre afin de favoriser l'installation et l'intégration de Solos dans les régions rurales de l'espace atlantique. Associant cinq CEEI (CorkBIC en Irlande, CIEBI au Portugal, CEEI Bahia de Cadiz, ITC Canarias en Espagne), le projet a permis de mieux connaître les attentes de ces nouveaux actifs et de créer une véritable offre d'accueil territoriale pour ces candidats à la vie rurale tout en assurant la promotion des territoires partenaires à l'échelle nationale et européenne.

Aujourd'hui, dans le Gers, le projet Soho Solo est une réalité.

Les nombreux Solos qui vivent et travaillent dans le département, aident à sa reconnaissance et à sa notoriété. Les Solos participent au développement économique local et contribuent à la dynamisation du tissu social, de façon pérenne, croissante et durable.

3/ Qu'est -ce que le projet SohoSolo Gers ? A qui s'adresse t-il ? Quels sont ses objectifs ?

Le projet Soho Solo vise à faire du Gers un lieu d'accueil privilégié pour cette nouvelle génération de « net-entrepreneurs », (entrepreneurs indépendants, télétravailleurs, télésalariés, etc.) en leur apportant les services d'accompagnement nécessaires.

Il s'agit notamment de :

  1. Identifier tous les Solos déjà installés dans le Gers pour consolider le réseau des Solos gersois.
  2. Faire découvrir à l’échelle nationale et européenne, notamment par le biais du site Internet de prospection Soho Solo tous les services d’accompagnement proposés aux Solos qui veulent s’installer dans le Gers.
  3. Attirer dans le Gers des candidats à l’installation en milieu rural ayant un projet qualifié.

4/ Concrètement, qu'offre le programme Soho Solo Gers aux entrepreneurs et créateurs solo ?

  • Des Services d’accompagnement individualisés pour les porteurs de projet et les entrepreneurs indépendants déjà en activité : Aide au montage de projet, aide à la recherche de financement, appui-conseil pour le développement et la promotion des activités, etc.
  • Une offre d’accueil dans 35 villages partenaires pour les candidats à l’installation : identification des services existants, des logements disponibles, de l’accès Internet haut débit, parrainage, projets de territoires, etc.
  • L’adhésion gratuite au Club Soho Solo : Club d’entrepreneurs se réunissant chaque mois lors de rencontres thématiques et professionnelles autour d’un petit-déjeuner.
  • L’accès à l’Intranet des Solos qui contribue à mettre en contact les quelque 180 Solos déjà membres du réseau, comportant entre autres un forum de discussions, un annuaire pour promouvoir les compétences des Solos, des informations utiles, etc. : www.solo-gers.com
  • L’accès à un réseau de 8 télécentres (bureaux équipés de l’Internet haut débit possédant des facilités bureautiques) à la disposition des Solos et des porteurs de projets.
  • Le Passeport Entreprendre en SOHO/SOLO dans le Gers » : livret listant tous les interlocuteurs qui facilitent l’installation des Solos dans le Gers et donnant droit à des premiers conseils gratuits de la part de professionnels. Ce passeport est également consultable sur le site Soho Solo.

5/ A qui s'adresser pour tout renseignement complémentaire ?


Plus d’informations sur : www.soho-solo-gers.com
Contact : Franck CAZALAS
C.C.I du Gers
contact@soho-solo-gers.com
Tél : 05 62 60 16 12 Numéro Vert Soho Solo : 0 800 000 132

 


author Publié par incwo Wed, 28 May 2008 18:24:58 GMT

Depuis quelques jours maintenant vous disposez d'un autre Bureau Virtuel, plus petit, qui tient dans la poche: votre téléphone mobile! En effet, si vous êtes munis d'un téléphone avec navigateur internet (iPhone, BlackBerry, téléphone sous Windows CE, etc.), vous pouvez accéder à une version spécialement designée de votre bureau.

Pourquoi avons nous du adapter le bureau ? C'est très simple: la taille de l'écran étant très différente de l'écran d'un ordinateur, et la situation de mobilité tout aussi différente d'une situation où vous êtes à votre bureau ou chez vous. Les usages sont donc très différents.

Après maintenant quelques semaines de test, nous sommes satisfaits du résultat. Nous utilisons la version mobile du Bureau Virtuel pour tout autre chose que la version standard. Il ne s'agit pas de créer des factures dans le métro bien sur. Mais pouvoir se connecter après un rendez-vous, et faire un compte rendu rapide, ou bien ajouter à l'un de ses collaborateurs une tâche à ne pas oublier, ... c'est très utile et surtout vous libère l'esprit! Une fois reconnecté au bureau standard, vous retrouvez tout ce que vous avez saisi sur le mobile. Vous pouvez compléter avec un vrai clavier ce que vous avez saisi à deux doigts... pratique!

Nous sommes devenus accros; A vous d'essayer et de nous dire ce que vous en pensez!


author Publié par incwo2 Mon, 19 May 2008 10:05:31 GMT

Suite à la présentation, le 28 Avril 2008, par Christine LAGARDE en conseil des ministres, du projet de loi pour moderniser l’économie française, voici les prochaines dates au cours desquelles sera discuté le statut d'auto-entrepreneur.

  • A partir du 27 mai : débat du projet de loi à l’Assemblée Nationale
  • A partir du 15 juin : débat du projet de loi au Sénat
  • Début juillet : vote prévu de la loi par les deux assemblées


author Publié par incwo Sat, 03 May 2008 11:35:23 GMT

Voici quelques extraits du discours de Christine Lagarde, Ministre de l'Economie, le 28 avril dernier : "Le statut de l’entrepreneur individuel permettra à chacun d’entre nous de se mettre à son compte. Celui qui veut vendre des fleurs, concevoir des sites internet, ou donner des cours de chant, aura pour seule formalité un document à remplir pour déclarer son activité. Et la loi supprime toute obligation d’immatriculation pour les petites activités indépendantes. Chaque entrepreneur individuel pourra s’acquitter en une fois de ses impôts et cotisations sociales en payant en tout et pour tout 13 % (pour les activités de commerce) ou 23 % (pour les activités de services) d’impôts tant que son chiffre d’affaires annuel restera inférieur à 76 300 € pour le commerce et 27 000 € pour les services.

Enfin, les entrepreneurs individuels pourront mieux protéger leurs biens immobiliers et fonciers non affectés à leur activité professionnelle."


Si ce statut voit le jour, cela sera une révolution. Et pas nécessairement pour ceux qui nous occupent au quotidien, les entrepreneurs. En effet, la fluidité serait presque totale car régie par le code du commerce et non par le code du travail ? Deux millions de chomeurs deviendraient entrepreneurs potentiels ? Les conséquences collatérales seront très certainement étonnantes.. à suivre.


author Publié par incwo Thu, 24 Apr 2008 16:33:04 GMT

Nous sommes heureux de vous annoncer qu'Oséo a reconnu le caractère innovant de notre activité et nous a attribué une subvention pour nous aider dans le cadre de nos technologies d'aide à la gestion des petites entreprises ! C'est une très bonne nouvelle qui nous permettra d'aller plus vite et plus loin dans la mise en oeuvre de notre vision de l'aide aux entrepreneurs et aux TPE. Nous tenons à remercier tous nos interlocuteurs chez Oséo pour leur support.


author Publié par incwo Mon, 21 Apr 2008 20:37:22 GMT

Le profil type de l'utilisateur du Bureau Virtuel n'est pas parisien, sa famille n'est pas une famille d'entrepreneur, il n'est pas nécessairement au fait des pratiques, surtout si c'est sa première création. Si vous vous reconnaissez dans cette description, alors nous avons travaillé pour vous. Nous sommes conscients que parmi les freins à la création il y a notamment ce qu'on appelle la solitude de l'entrepreneur, qui est souvent seul avec ses questions et peut être bloqué ou se bloquer par ignorance, peur, hésitation. Parmi les dispositifs à même de répondre à cette situation, on compte le tutorat. Le tuteur est un entrepreneur expérimenté qui "prend sous son aile" l'entrepreneur qui l'est moins. Il est à sa disposition pour répondre à ses questions (personnelles, émotionnelles, pratiques, d'expérience), partager son expérience, orienter l'entrepreneur, toujours avec bienveillance. Il ne prend pas les décisions à la place de l'entrepreneur, mais lui donne son avis de personne étant passée par la création d'entreprise.

Que proposons-nous ? C'est très simple : nous nous sommes entourés d'une équipe de tuteurs ayant au moins sept ans d'expérience de création d'entreprise, dans différents domaines, et les avons mis "à votre disposition" sur votre Bureau Virtuel; Un onglet "Tuteur" vous permet d'accéder au tuteur et de lui poser des questions, à toute heure. C'est toujours le même, à chaque dossier son tuteur. Il n'a bien sur pas accès aux données du dossier, mais est là pour accompagner l'entrepreneur, gratuitement ! Ce plus est bien sûr réservé aux abonnés du Bureau Virtuel, disponible à partir de... maintenant.

N'hésitez pas à nous donner votre feedback sur ce nouveau service, nous le ferons évoluer. Nous avons déjà quelques idées (possibilité de choisir le tuteur, de devenir tuteur, de faire des conversations à trois, etc.)

Rendez-vous d'ici la fin du mois pour une autre innovation... pour gérer son entreprise d'une seule main...


author Publié par incwo2 Mon, 31 Mar 2008 10:50:24 GMT

Votre comptable, invité parmi les utilisateurs de votre Bureau Virtuel, peut, depuis ce matin, en plus d'accéder à vos données financières, les exporter pour les réintégrer en comptabilité et rapprocher les pièces des écritures comptables.

Ainsi, finies les resaisies de pièces. L'exportation au format .CSV - supporté par l'ensemble des logiciels classiques comptables - est disponible pour vos factures, notes de frais et dépenses, ce qui constitue le journal des écritures.

Pour tout autre format d'export, n'hésitez pas à nous contacter pour que nous adaptions la solution à vos besoins.


author Publié par incwo2 Fri, 28 Mar 2008 10:58:31 GMT

Dans module "tâches" de la fonction "opérations" de votre Bureau Virtuel, retrouvez désormais le planning des tâches programmées !

Mois par mois, jour par jour, vous pouvez, en un clic, accéder au calendrier de vos tâches en cours et ainsi optimiser l'organisation de vos journées. Vous pouvez également :

  • consulter les tâches en cours de vos collaborateurs, en sélectionnant dans le menu de recherche l'utilisateur pour lequel vous souhaitez voir les tâches.
  • relancer des tâches non exécutées dans le temps imparti.


author Publié par incwo2 Thu, 27 Mar 2008 14:41:00 GMT

 

 

Responsable du Club de fidélisation d’un grand quotidien d’information et spécialiste de la fidélisation, des jeux-concours, de l'e-mailings et du CRM, Emmanuel Brunet est également le rédacteur du blog Conseils-Marketing.com.

A l'occasion la sortie de son dernier livre Conseils-Marketing.com : la sélection officielle, nous l'avons sollicité pour transmettre aux créateurs et entrepreneurs ses meilleurs conseils marketing pour bien démarrer.

1/ En quelques mots, pouvez-vous nous présenter votre nouvel ouvrage Conseils-Marketing.com : la sélection officielle?

 

 

En l'espace d'un an, le blog Conseils-Marketing.com est devenu une source d'informations et de veille incontournable pour les professionnels du marketing et de la communication. Je me suis dit qu’il fallait « sortir » ces conseils marketing et les proposer à une cible moins connectée, moins présente sur la blogosphère.

 

Vous retrouverez dans ce livre une sélection des meilleurs conseils marketing éclairés (et illustrés !). Divisé en 3 parties, cet ouvrage vous donnera des pistes et des conseils pour lancer votre projet, pour le pérenniser, pour accroître votre chiffre d'affaires ainsi que quelques erreurs à ne pas reproduire.

Chaque conseil est construit sur le principe : "Un exemple concret = Un conseil marketing".

Il s’adresse aussi bien aux dirigeants d’entreprises, qu’aux étudiants en commerce, marketing et communication, en passant par des dirigeants souhaitant remettre à niveau leurs connaissances en e-business et techniques de buzz.

2/ Pour bien démarrer son activité : quelles sont les premières actions dites marketing à réaliser pour une entreprise ?

Il faut étudier votre marché ! Nombre d’entrepreneurs pensent avoir LA bonne idée et se lancent les yeux fermés sans avoir étudié les forces et les faiblesses de leur offre. Une étude de marché, dans votre cercle familiale et vos amis si vous n’avez pas de budget, suffira à cibler 90% des attentes clients.

Autre conseil, vous devez être vous-même utilisateur de votre produit. Vous n’en parlerez jamais bien si vous ne le connaissez pas par cœur. Si vous vous considérez déjà comme « Hors-Cible », trouvez les freins et retravaillez votre projet.

3/ Comment bien choisir ses outils marketing ? Quels critères prendre en compte dans le choix d'actions de communication, de prospection, de promotion ... ?

Tout d’abord, renseignez-vous sur les outils utilisés par votre concurrents ou vos challengers. S’ils en sont arrivés là, c’est qu’il y a une raison. Ensuite, soyez toujours à l’affût des nouveautés, déplacez-vous aussi souvent que vous le pouvez sur des conférences, des colloques, des salons. Vous y apprendrez l’état de l’art du marché actuel et pourrez rencontrer les acteurs importants du moment.

4/ Comment se faire connaître quand on a peu de budget ?

Avec une politique d’échanges poussée et étudiée, on peut déplacer des montagnes. Ce n’est pas parce que vous n’avez pas d’argent que vous ne pouvez rien faire. Bien au contraire ! Si vous croyez en votre produit, vous saurez négocier des échanges avec d’autres entreprises. Par exemple, vos produits contre des publicités dans les journaux locaux et associatifs mais aussi en tant que dotations pour des jeux-concours, des articles dans la presse… Bref, des moyens pour que d’autres personnes utilisent et parlent de votre produit.

5/ Prospecter : comment faire, quelles sont les clés de la réussite ?

L’aspect commercial est primordial. A commencer par un bon commercial avec un bon carnet d’adresse. Dans un autre registre, les relations presse sont désormais primordiales. Et même si votre produit est hyper-spécialisé, il existe forcément un magazine spécialisé, un site internet, un forum qui traite de votre secteur. Ne les zappez pas ! Et n’oubliez pas les bloggeurs soigneusement sélectionnés qui, comme moi, aiment recevoir des informations innovantes et bien ciblées (un mauvais ciblage pouvant avoir l’effet inversement escompté).

6/ Quelles sont les principales erreurs marketing faites par des entrepreneurs qui démarrent leur activité ?

On voit trop souvent des entreprises pressées de vendre leurs produits… en oubliant le service après-vente ! Oubli volontaire ou non, il devient primordial envers des consommateurs qui demandent de plus en plus de lien avec les marques qu’ils consomment. Un client mécontent que vous aurez réussi à satisfaire pleinement deviendra votre meilleur porte-parole…

7/ Parmi les 100 conseils de votre livre, quel est le plus important à retenir pour un créateur et pour un entrepreneur ?

C’est difficile de choisir ! Je pense surtout qu’il faut croire à 100% à son projet, étonner les clients et les médias et surtout garder un aspect « humain » dans tout ce que vous entreprenez.


Older posts: 1 ... 137 138 139 140 141 ... 148