author Publié par incwo Sat, 16 Jun 2007 10:16:50 GMT

Guy Kawasaki a récemment lancé un projet, avec un budget de 12.000 dollars. Il détaille ci-après la façon dont il s'y est pris, et l'ensemble des coûts. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de la suite de cette nouvelle aventure

Grâce à Truemors, j’en ai appris beaucoup sur la manière de lancer une société en ces temps de « Web 2.0 ». En voici un aperçu, « par les chiffres ».

1. 0. Pour cela, je n’ai écrit 0 business plan. Le plan est simple : Avoir le site lancé en quelques mois, voir si les gens l’apprécient, et y vendre des espaces publicitaires ou de partenariat (ou pas).
2. 0. Je n’ai rencontré 0 capital risque. La vie est simple lorsque vous pouvez créer une société avec une simple carte de crédit.
3. 7,5. 7,5 semaines se sont écoulées entre le temps où j’ai enregistré le nom de domaine truemors.com et l’activation du site. La vie est aussi belle grâce à l’« open source » et à WordPress.
4. 4 500 USD (3 390€). Le coût total du développement du logiciel m’a coûté 4 500 USD. Les gens d’Electric Pulp s’en sont occuppés. Honnêtement, je ne croyais pas en l’efficacité d’équipes éloignées travaillant sur la version 1 d’un produit, mais Electric Pulp a changé mon point de vue.
5. 4 824,14 USD (3625€). Le coût total des formalités légales fût de 4 824,14 USD. J’aurais pu utiliser l’avocat du divorce de mon oncle et sauver quelques dollars, mais cela aurait été une vision à trop court terme si Truemors gagnait un jour de la valeur.
6. 399 USD (299€). J’ai payé 399 USD pour que LogoWorks designe mon logo. Bien sûr, c’était avant qu’HP ne rachète la société. Je ne suis pas sûr de savoir combien ils demanderaient maintenant. ☺
7. 1 195,05 USD (838€). J’ai dépensé 1 195,05 USD pour enregistrer des noms de domaines. J’aurais pu utiliser GoDaddy pour le faire beaucoup moins cher, mais j’ai été stupide et trop paresseux.
8. 55. J’ai enregistré 55 noms de domaines (par exemple truemors.net, .de, .biz, truemours, etc, etc). Je ne pensais pas que l’on devait enregistrer tant de noms de domaines pour véritablement « entourer » celui que l’on utilise. Oui, j’aurais pu en enregistrer moins et dépenser moins, mais qui se soucie de payer quelques centaines de dollars de plus comparés au prix d’une action de justice engagée pour chasser un « squatteur » d’un nom de domaine, si Truemors a du succès ?
9. 12 107,09 USD (9100 €). Au total, j’ai dépensé 12 107,09 USD pour lancer Truemors. A l’époque des « points com », les gens devaient débourser 5 millions pour tester une idée stupide. Maintenant, j’ai prouvé que vous pouvez le faire pour 12 107,09 USD.
10. 1,5. Il y a l’équivalent de 1,5 employés à temps plein chez Truemors. Pour moi, c’est un travail d’amour.
11. 3. Techcrunch m’a écrit 3 fois : La rumeur, la rumeur avec une capture d’écran et l’ouverture. J’aimerais pouvoir vous dire que j’étais assez rusé pour avoir prévu ça. Michael Arrington pensait qu’il la réparait pour moi. Ne t’arrête pas Michael !
12. 261 214. A ma grande surprise, il y eut 261 214 pages vues le premier jour.
13. 14 052. A ma grande surprise, il y eut 14 052 visiteurs le premier jour.
14. 0 USD. J’ai dépensé 0 USD en marketing pour le lancement du site.
15. 24. J’ai cependant passé 24 ans à papoter et à « le payer en avance » pour en arriver au point où je pouvais dépenser 0 $ pour lancer une société. Beaucoup de bloggueurs sont sortis de leurs gonds : « La seule raison pour laquelle Truemors obtient autant de couverture, c’est parce que c’est le site de Guy. » Ce à quoi ma réponse est : « Vous avez une dure vision de l’évidence. »
16. 405. Parce que les gens n’avaient rien de mieux à faire, il y eut 405 messages postés le premier jour.
17. 218. Nous avons effacé 218 messages sur les 405 postés le premier jour parce que c’était des spams, parce qu’ils étaient inappropriés ou complètement stupides. D’une manière assez intéressante, la moitié des blogueurs se plaignait que le site était rempli de messages non désirés. L’autre moitié se plaignait que je supprimais des messages. ☺
18. 3. Environs 3 heures s’écoulèrent avant que nous ne soyons piratés et que nous ne devions fermer temporairement le site. J’étais impressionné. Le pirate qui a fait ça pourrait être le prochain Woz. Contactez-moi, s’il-vous-plait, si vous l’êtes.
19. 36. Environs 36 heures se sont écoulées avant que Yahoo ! Petites Entreprise ne nous dise que nous étions inappropriés pour leur service à cause de notre trafic.
20. 29,96 USD (22,5€). Notre seuil de rentabilité mensuel était 29,96 USD avec Yahoo !
21. 150 USD (113€). Parce que Yahoo ! nous a évincé, notre seuil de rentabilité à quintuplé à 150 USD. Si vous étiez intéressé par l’achat d’un partenariat pour 151 USD par mois, vous rendriez Truemors profitable.
22. 2. Environs 2 jours se sont écoulés avant que Truemors ne soit déclaré « le pire site web qu’il n’ait jamais existé » par le magazine The Inquirer.
23. 246 210. Merci mon dieu pour « The Inquirer », parce qu’il a provoqué 246 210 pages vues. Oui, il n’y a en fait pas d’équivalent à une mauvaise couverture par la presse.
24. 150. Une semaine avant que nous ne lancions le site, si vous aviez tapé « Truemors » sur Google, vous auriez obtenu 150 résultats.
25. 315 000. Onze jours après le lancement du site, « Truemors » obtenait 315 000 résultats sur Google. Je ne me l’explique pas, mais je ne discute pas.
26. 4. J’ai appris 4 leçons en lançant Truemors :
1) Il n’y a vraiment rien d’équivalent à une mauvaise couverture par la presse.
2) 12 000 $ peuvent vous emmener loin de nos jours.
3) Vous pouvez travailler avec une équipe qui est à des milliers de kilomètres de vous.
4) La vie est belle pour les entrepreneurs de nos jours

Voici ma conclusion : Que Truemors réussisse ou pas, j’en ai appris énormément. Une chose est sûre : Aucun entrepreneur ne peut me dire qu’il a besoin d’un million de dollars, de 4 programmeurs, et de 6 mois pour lancer un tel site. Avec des outils tels que WordPress, MySQL, et la plate-forme Salesforce, les choses sont beaucoup plus simples et moins chères de nos jours.

Avec peu d’argent et de temps, vous pouvez créer quelque chose et voir si ça fonctionne. Si ça marche, hallelujah : Il n’y a pas de meilleur moment pour obtenir des financements externes que lorsque votre prototype fonctionne. En fait, vous n’avez pas toujours besoin de financements extérieurs. Pour votre information, il n’y a pas de pire moment pour tenter de collecter des financements que quand vous n’avez qu’une idée.En réalité, si, il y a un moment où c’est pire : Lorsque vous avez dépensé le premier million et que vous n’avez pas livré, ou trouvé « de chiens pour manger la nourriture ».

Je finirais sur un truisme (à l’opposé de Truemors) : Il n’y a qu’une seule façon de voir si votre idée va marcher, et c’est de l’essayer, donc, lancez-vous.

PS : Nous aimerions avoir quelques « truemorists » supplémentaires. Ce sont les gens avec des comptes sur le site. Tout le monde peut poster par répondeur, par sms, par e-mail, ou par soumission en ligne, mais les « truemorists » peuvent créer, éditer, sauvegarder, et effacer leurs « Truemors » (articles publiés). Leur nom apparaît également en vert, afin de les distinguer des « non-truemorists ».

Truemors
Long Tail, Longue traîne
Wordpress
Electric Pulp
LogoWorks
GoDaddy
Techcrunch
Woz
L’article du site « The Inquirer »
…et le site Français
MySQL
SalesForce
Annonce de recherche de rédacteurs

L’article qui précède est la traduction de l’article «By the Numbers: How I built a Web 2.0, User-Generated Content, Citizen Journalism, Long-Tail, Social Media Site for $12,107.09» de Guy Kawasaki. La traduction et publication sont autorisées par l’auteur: retrouvez régulièrement sur notre blog les articles de Guy Kawasaki.

Guy Kawasaki est Directeur de Garage Technology Ventures, une société de capital-risque qui investit tôt dans les sociétés. Guy est également éditorialiste pour Entrepreneur Magazine. Auparavant, Guy avait le titre d’Apple Fellow chez Apple Computer, Inc. Guy est l’auteur de huit livres, incluant L’art de se Lancer, Rules for Revolutionaries, How to Drive Your Competition Crazy, Selling the Dream, and The Macintosh Way. Guy possède un BA de l’Université de Stanford et un MBA de l’UCLA, ainsi qu’un Doctorat honorifique du Babson College.

Technorati :